Replik - Reactions culturelles en chaine
Bienvenue sur le blog de l’actualité culturelle de la médiathèque de Meyzieu
Médiathèque de Meyzieu Mixmac
Tags Replik
août 2017 :

Rien pour ce mois

juillet 2017 | septembre 2017

Commentaires des membres de replik

mardi 1er septembre 2015

"LES JOURS INFINIS" ET AUTRES PLAISIRS DE LECTURE

"LES JOURS INFINIS" ET AUTRES PLAISIRS DE LECTURE

Alors que la rentrée littéraire 2015 bat son plein et que les nouveautés arrivent sur nos rayons, revenons sur quatre parutions plus anciennes, quatre romans aux thèmes glaçants dont nous vous recommandons cependant chaudement la lecture !

Commençons d’abord par le plus récent d’entre eux, Les Jours infinis de Claire Fuller.

Été 78. Après avoir goûté aux joies de la vie sauvage en campant dans le jardin et en chassant les écureuils, Peggy, une fillette de 8 ans et James, son père, quittent leur maison londonienne pour des vacances idylliques dans "die Hütte", une cabane cachée au fond des bois.
Ute, la mère, célèbre pianiste en tournée à travers l’Europe, les rejoindra dès que possible. Le père, "survivaliste" convaincu, l’a promis.
Mais très vite le conte enchanteur vire au cauchemar et les vacances s’éternisent...

Haletant et dérangeant, Les jours infinis, premier roman de l’Anglaise Claire Fuller, distille son angoisse dès les premières pages, où transparaissent déjà la folie du père et la vulnérabilité de l’enfant.

En cela, il évoque le passionnant roman de l’Américain David Vann, Sukkwan Island , où il est aussi question de cabane perdue et d’une relation père-fils éprouvante, au milieu d’une nature omniprésente.

Les jours infinis peut également être mis en parallèle avec Room , le captivant roman de l’Irlandaise Emma Donoghue, dans lequel un enfant grandit à l’écart du monde, maintenu à sa marge par la folie d’un homme.

Enfin, sur un thème similaire (un huis-clos oppressant mêlant folie, enfance et solitude), nous vous conseillons la lecture du chef d’œuvre littéraire du Québécois Gaëtan Soucy, La Petite fille qui aimait trop les allumettes , un roman d’une force incroyable, porté par une écriture d’une folle inventivité.

4 romans, 4 univers, 4 plaisirs infinis de lecture...

-  Les jours infinis de Claire Fuller (Stock, 2015), une nouveauté à découvrir en version numérique (bientôt aussi en version papier)

-  Room d’Emma Donoghue (Stock, 2011), un roman facile à lire au suspense implacable, en version papier ou numérique

-  Sukkwan Island de David Vann (Gallmeister, 2009), un roman âpre en version papier uniquement

-  La petite fille qui aimait trop les allumettes de Gaëtan Soucy (Boréal, 1999), un livre exigeant qui marque durablement, à lire en version papier

(Béatrice)

 

Messages

  • A l’aune de la rentrée littéraire 2016, il est bon de se replonger dans celle de 2015
    signé Atelier

    Aller plus loin : eco-travel

    Posté par Robespierre, le 7 novembre 2016 à 17:53

Poster un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)