Replik - Reactions culturelles en chaine
Bienvenue sur le blog de l’actualité culturelle de la médiathèque de Meyzieu
Médiathèque de Meyzieu Mixmac
Tags Replik
juin 2019 :

Rien pour ce mois

mai 2019 | juillet 2019

Commentaires des membres de replik

vendredi 22 mars 2019

DEUX COUPS DE COEURS CINEMATOGRAPHIQUES A DECOUVRIR !

DEUX COUPS DE COEURS CINEMATOGRAPHIQUES A DECOUVRIR !

Parvana

Parvana est un film d’animation réalisé en 2018 qui s’est inspiré d’un roman, Parvana : une enfance Afghane, de la Canadienne Déborah Ellis et a été produit par l’actrice Angelina Jolie.

En Afghanistan, sous le régime taliban, Parvana, onze ans, grandit à Kaboul ville ravagée par la guerre. Elle aime écouter les histoires que lui raconte son père, lecteur et écrivain public.

Mais un jour, il est arrêté et la vie de Parvana bascule à jamais : car sans être accompagnée d’un homme, une femme ne peut plus travailler, ramener de l’argent ni même acheter de la nourriture.

Parvana décide alors de se couper les cheveux et de se travestir en garçon afin de venir en aide à sa famille.

Risquant à tout moment d’être démasquée, elle reste déterminée à trouver un moyen pour sauver son père.


Parvana est un conte merveilleux sur l’émancipation des femmes et l’imagination face à l’oppression.

Un film d’animation plein d’enseignement et de grâce, à voir en famille à partir de 9 ans.



Mademoiselle de Joncquières

Comédie dramatique réalisée en 2018 par Emmanuel Mouret.
Ce réalisateur a par ailleurs réalisé précédemment L’art d’aimer avec François Cluzet, Julie Depardieu et Ariane Ascaride, et Les bureaux de Dieu avec Nathalie Baye et Michel Boujenah.

Madame de la Pommeraye, jeune veuve retirée du monde, cède à la cour du Marquis des Arcis, libertin notoire.

Après quelques années d’un bonheur sans faille, elle découvre que le marquis s’est lassé de leur union.

Follement amoureuse et terriblement blessée, elle décide de se venger de lui avec la complicité de Mademoiselle de Jonquières et sa mère.


Voilà un film qui nous rappelle, encore une fois, que rien n’est jamais acquis et surtout... "est pris qui croyait prendre"…





(Samira)