Replik - Reactions culturelles en chaine
Bienvenue sur le blog de l’actualité culturelle de la médiathèque de Meyzieu
Médiathèque de Meyzieu Mixmac
Tags Replik
Commentaires des membres de replik

mardi 10 décembre 2019

GUITARE CLASSIQUE : UNE HISTOIRE, DES COMPOSITEURS ET DES INTERPRETES

GUITARE CLASSIQUE : UNE HISTOIRE, DES COMPOSITEURS ET DES INTERPRETES

La première guitare a été conçue par le luthier portugais Belchior Dias en 1581. Elle est exposée au musée de Londres.

En fait il existe d’autres traces iconographiques plus anciennes de guitare, comme la guiterne du Moyen Age. La guiterne apparaît en une seule pièce de bois creusée. Les cordes sont doubles. Le choix du bois pour une meilleure résonance est souvent le palissandre.





La guitare Baroque

La guitare baroque ou guitare à cinq chœurs se joue comme instrument soliste, mais également comme instrument d’accompagnement. Aujourd’hui, les œuvres écrites pour cet instrument sont interprétées sur des copies d’instruments anciens. Le corps de la guitare baroque est de forme similaire aux guitares classiques actuelles, mais beaucoup plus étroit et moins profond. La rosace est décorée comme pour le luth à l’aide d’une fine pièce de bois ornementale découpée.

Au milieu du XVIIe siècle, l’engouement pour la guitare prend une ampleur sans commune mesure. Les luthiers peuvent se spécialiser, et parfaire la réalisation exclusive de ce type d’instruments. Pendant toute cette période qualifiée de « vogue de la guitare », un nom domine la facture parisienne, celui de Voboam. Quatre facteurs de cette famille ont exercé entre 1640 et 1731. Jean Baptiste dit Jean Voboam appartient à la troisième génération. Leurs instruments connus sont datés entre 1617 et 1730. Les Voboam travailleront pour le roi Louis XIV guitariste émérite, qui permettra à cet instrument d’être très prisé par les nobles de l’époque.

La chaconne de Jean Sébastien Bach par Thibault Garcia

Thibault GARCIA  : Musicien franco-espagnol au talent précoce, son père guitariste amateur lui fait découvrir Ségovia, Rodrigo, Barrios, T. Garcia incarne le renouveau de la guitare classique. Ancien élève du Conservatoire National de Paris, il se prête à tous les genres et répertoires au fil de ses nombreux concerts, disques et collaborations artistiques. Il a remporté les premiers prix de nombreux concours internationaux. Il y est depuis invité pour donner des masterclass et faire partie de leurs jurys.

« Canarios » de Sanz par Julian Bream

Gaspar Sanz (1640-1710) prêtre compositeur guitariste et organiste à la cour royale de Naples. Cet espagnol illustre la période baroque. Il influencera le compositeur Joaquin Rodrigo quand il composera sa Fantaisie pour un gentilhomme pour Segovia.

La guitare romantique

La guitare romantique qui possède 5 cordes s’est recentrée sur l’homme, la musique composée pour la guitare n’est plus mystique comme avant.
L’avènement de la guitare moderne s’accomplit avec le luthier espagnol Antonio Torres (1817-1892) qui va donner à la guitare la forme et les dimensions de la guitare classique actuelle.
Il a attaché beaucoup d’importance à la caisse de résonance dans la qualité du son produit. Il a également perfectionné et pourrait être à l’origine de l’utilisation de la structure de barrage en forme d’éventail à l’intérieur de la caisse dans le but de produire un son plus riche. Il a standardisé la longueur des cordes à 65 cm.

En 1778, la guitare est en train de vivre sa plus profonde mutation. Après deux siècles d’existence, l’instrument évolue quand la guitare baroque se distinguait par ses cinq cordes doubles, exceptée la chanterelle la corde la plus aiguë., la guitare de la fin du XVIIIème siècle perd ses cordes doubles mais gagne une corde de plus dans le registre grave. Le 19ème siècle va connaître une vraie renaissance de la guitare grâce à des compositeurs comme Fernando Sor.

Etudes par Narciso Yepes.

Francisco Tarrega (1852-1909)
Tárrega est un guitariste et un compositeur espagnol. Il a été l’un des guitaristes les plus influents dans le monde et il est considéré comme le père de la guitare classique moderne. il a transcrit des œuvres pour piano de Beethoven, Chopin, Mendelssohn, Albéniz et d’autres pour élargir son répertoire musical de guitare, et, sans doute, pour mettre à profit sa connaissance considérable des musiques pour clavier ; Tárrega est considéré comme le créateur des bases de la guitare classique du XXe siècle, et pour avoir accru l’intérêt de la guitare comme un instrument de récital. Andrés Segovia utilisa beaucoup d’œuvres techniques et de compositions de Tárrega pour les jouer en concert à travers l’Europe

Recuerdos de la Alhambra par Ana Vidovic

Bachiana brasileira n° 5, pour voix et 8 violoncelles , Kiri te Kanawa

Heitor Villa-lobos (1887-1959) est compositeur brésilien. Il apprend le piano, le violoncelle, la clarinette et la guitare qui devient son instrument de prédilection. Il gagne alors sa vie en jouant dans les cafés et les restaurants. Sa musique n’est pas conforme aux normes académiques. Après avoir étudié à Paris, il revient à Rio de Janeiro où il fonde le conservatoire national de chant orphéonique et l’académie brésilienne de musique. Il a conçu un système d’apprentissage de la musique pour des générations de Brésiliens. C’est un grand pédagogue. Son style est unique, et combine des influences européennes, notamment celle de JS Bach.

Asturias d’ Albéniz par Segovia

Andrés Segovia Torres, Marquis de Salobreña, est un guitariste classique virtuose espagnol. Guitariste classique, en reconnaissance de ses apports à la musique et aux arts, Segovia fut anobli le 24 juin 1981 par le roi d’Espagne Juan Carlos qui l’éleva au rang de premier marquis de Salobreña. Segovia grattait les cordes avec une combinaison des ongles et de la pulpe des doigts, produisant un son plus puissant que ses contemporains. Avec cette technique, il était possible de créer une plus grande gamme de timbres qu’en utilisant seulement la pulpe ou seulement les ongles. la guitare ne fut plus regardée comme un instrument strictement populaire, mais comme également appropriée à la musique classique.

Une composition moderne de Carlo Domeniconi « Koyunbaba » La pièce porte le nom d’un moine soufi et saint turc mort en 1468. C’est une suite pastorale décrivant « la beauté naturelle d’une petite baie » donnant sur la mer Egée, où le saint aurait vécu il y a des siècles.

(Thierry)