Replik - Reactions culturelles en chaine
Bienvenue sur le blog de l’actualité culturelle de la médiathèque de Meyzieu
Médiathèque de Meyzieu Mixmac
Tags Replik
juillet 2020 :

Rien pour ce mois

juin 2020 | août 2020

Commentaires des membres de replik

mardi 19 mai 2020

HISTOIRE DE L’OPÉRA - DEUXIÈME PÉRIODE

HISTOIRE DE L'OPÉRA - DEUXIÈME PÉRIODE

À défaut de pouvoir vous donner rendez-vous à la médiathèque de Meyzieu pour une (vraie) rencontre MusiMania, notre discothécaire Thierry vous propose sur ce blog une série d’articles brefs, consacrés à l’histoire de l’opéra.

Le premier article présentait l’opéra baroque.

Aujourd’hui, deuxième escale de ce voyage musical : l’opéra classique.



Christophe Willibald Glück (1714-1787)

Ce compositeur bavarois transforme l’opéra avec sa célèbre « réforme » visant à introduire le naturel et la vérité dramatique. Il ouvre la porte du classicisme musical viennois.

Orphée « j’ai perdu mon Eurydice » par le haute-contre français Jean-François Lombard.

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)

Bien que mort à trente-cinq ans, cet immense et précoce musicien a composé une œuvre impressionnante (893 œuvres sont répertoriées). Abordant tous les genres musicaux de son époque, il laisse à ses contemporains le souvenir de l’enfant prodige et du musicien virtuose, tant au piano qu’au violon. Parmi ses opéras, nous choisissons deux airs différents à écouter :

La flûte enchantée « Air de la reine de la nuit » interprété par Natalie Dessay

Don Giovanni "Il mio tesoro intanto" interprété par le ténor péruvien Juan Diego Florez.

Ludwig van Beethoven (1770-1827)

Fidelio est l’unique opéra de Beethoven. Il mit près de 10 ans à le composer. Ce drame romantique, capital pour le musicien, connut de nombreux remaniements. Il écrivit ainsi quatre ouvertures à cet opéra, sans en être jamais satisfait. Le livret est inspiré d’un fait divers authentique de l’époque révolutionnaire française, selon lequel une femme, travestie en homme, fut engagée comme geôlier d’une prison, et parvint à libérer son mari incarcéré.

L’ ouverture de Fidelio par Ricardo Mutti à la tête du Philadelphia orchestra.

L’Opéra classique romantique

Gioacchino Rossini (1792-1868).

Rossini marque le début de l’opéra romantique italien. Il est à l’origine du bel canto du 19ème siècle. La virtuosité vocale qui caractérise son œuvre redonna une place privilégiée à la voix dans l’opéra italien.

Le Barbier de Séville « Una voce poco fa » interprété par la mezzo-soprano italienne Cecilia Bartoli

Gaetano Donizetti (1797-1848)

Né à Bergame, il se rendit surtout célèbre grâce à ses opéras : il en composa 71. C’est l’héritier de Rossini et le précurseur de Verdi. Il ouvre avec Rossini la voie de l’opéra romantique. C’est l’un des compositeurs des plus prolifiques du 19ème siècle.

Lucia di Lammermoor « Regnava nel silenzio » par la cantatrice grecque Maria Callas

L’elixir d’amour « Una furtiva lacrima » interprété par le ténor italien Vittorio Grigolo

Fromental Halévy (1799-1862)

Brillant élève du conservatoire de Paris, il admire Beethoven qu’il rencontre plusieurs fois, mais se sent plus proche de Mozart ou de Cherubini qui a été son professeur. Il enseigne à Charles Gounod, Georges Bizet et ouvre avec Meyerbeer la voie de l’opéra français.

La juive « Rachel, quand du Seigneur » interprété par le ténor français Georges Thill.

Vincenzo Bellini (1801-1835)

Malgré sa courte carrière, Bellini a laissé des opéras qui sont parmi les plus joués du répertoire lyrique : Norma, La Somnambula, Les Puritains. C’est l’un des plus grands mélodistes lyriques, qui excelle dans l’expression des sentiments mélancoliques.

Les Puritains « A te o cara » interprété par quatre voix exceptionnelles. Le ténor italien Luciano Pavarotti, la soprano australienne Joan Sutherland, la basse bulgare Nicolai Ghiaurov et le baryton italien Piero Cappuccilli.

Norma « Casta diva » par la soprano américaine Renée Fleming

Hector Berlioz (1803-1869).

Compositeur, chef d’orchestre,critique musical et écrivain français originaire de La Côte-Saint-André en Isère, il va renouveler en profondeur la forme symphonique initié par Beethoven. Éminent représentant du romantisme, il invente le genre de la légende dramatique à mi chemin entre l’opéra et l’oratorio.

La Damnation de Faust « D’amour, l’ardente flamme » interprété par la mezzo-soprano lettone Elina Garanca

Les nuits d’été, ensemble de 6 mélodies composé par Berlioz sur des poèmes de Théophile Gautier parmi lesquelles Le Spectre de la rose interprété par la soprano française Régine Crespin.

 

Poster un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)