Mixmac - Le mur des sons actuels
Bienvenue sur le blog des musiques actuelles de la médiathèque de Meyzieu
Médiathèque de Meyzieu Replik Cyberunes
Tags Mixmac
Commentaires des membres de Mixmac

jeudi 7 octobre 2021

KRONIK : AMYL & THE SNIFFERS, HORS ZONE DE CONFORT

KRONIK : AMYL & THE SNIFFERS, HORS ZONE DE CONFORT

Ce 10 septembre le label Rough Trade Records a publié le troisième album du groupe Amyl & The Sniffers, pilier de la nouvelle scène rock australienne.
Avides de gros riffs Ashetonien, de coupes mulets sharpies et de mélodies entêtantes, « Comfort To Me » risque fort probablement de vous plaire.

Amyl & The Sniffers c’est tout d’abord une frontwoman du nom d’Amy Taylor. À la fois pop et fougueuse, entremêlant une apparence excentrique et un caractère bien trempé, la chanteuse a permis de rendre le groupe identifiable sur la scène rock actuelle. Imaginons Agnatha Fältskog, chanteuse d’Abba, sous psychotropes, en fin de soirée, dégoulinante de sueur, recherchant activement une rixe et on obtient la définition parfaite de cette personnalité atypique. Entourée de Declan Martens à la guitare, de Fergus Romer à la basse et de Bryce Wilson à la batterie, ils produisent probablement à eux quatre autant de décibels qu’un soir de match au Vélodrome.

Après deux albums, une reprise de « Born to Be Alive » de Patrick Hernandez et une collaboration avec les Suédois de Viagra Boys sur le morceau « In Spite Of Ourselves » (ballade mêlant country et post-punk), Amy Taylor et son groupe reprennent du service avec une nouvelle oeuvre composée dans un appartement de Melbourne durant la quarantaine de Covid-19. Le quatuor nous offre encore une fois un album brut fortement inspiré de la scène punk hardcore 80’ rappelant à certains moments Reagan Youth dans ses sonorités. Toutefois « Comfort To Me » ne se résume pas uniquement à un album violent et intense.

Certes, ce nouveau projet a beaucoup de points communs avec ses prédécesseurs mais vient, cette fois-ci, se rajouter à la danse une forme de tendresse que l’on avait parfois du mal à identifier au sein des albums « Big Attraction & Giddy Up » et « Amyl &The Sniffers » . La chanteuse parle elle-même de « vulnérabilité inavouable ». En effet aussi bien dans les paroles pouvant traiter de sa vie amoureuse que dans les mélodies vocales et instrumentales, touchant parfois à une forme de mélancolie post-punk, le groupe se met à découvert et s’ouvre à quelque chose de plus travaillé, de moins lourd, de plus reconnaissable. Les sons « No More Tears » , « Knifey » (où la voix d’Amy semble un instant se rapprocher de celle de Courtney Love sur « Doll Parts » de Hole) et « Security » en sont les parfaits exemples.

Typiquement dans « Security » on assiste à un appel à l’aide sur un refrain mélodieux où la chanteuse tente de convaincre un videur de la laisser rentrer dans un bar en clamant qu’elle n’est pas si saoul et qu’elle cherche simplement à trouver l’amour. Quand Amy Taylor scande « Security, will you let me in your pub ? I’m not looking for trouble, I’m looking for love » on tend à déceler une certaine fragilité sentimentale, un désir d’être aimé renforcé par une « vie amoureuse récemment compliquée » selon ses propres dires. La guitare et la basse, surplombée d’une mélodie vocale obsédante, filent en parfaite harmonie dans un élan mélancolique et viennent rompre le temps d’un refrain avec la rudesse que l’on connaît au groupe avant de finir sur un riff de guitare saignant digne d’un James Williamson des Stooges. Comparaison forcée ? Probablement pas car Amyl & The Sniffers semblent bien s’imposer eux aussi comme les membres fondateurs d’un nouvel élan rock.

Ainsi avec cet album le groupe franchit un cap. Il garde ses racines mais ose sortir de sa zone de confort. Un album fortement recommandé.

(Sacha)

 

Poster un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)