Replik - Reactions culturelles en chaine
Bienvenue sur le blog de l’actualité culturelle de la médiathèque de Meyzieu
Médiathèque de Meyzieu Mixmac
Tags Replik

vendredi 16 novembre 2018

LE LAUREAT DU PRIX REGIONAL DU LIVRE ENVIRONNEMENT

LE LAUREAT DU PRIX REGIONAL DU LIVRE ENVIRONNEMENT

Après six mois et près de 1760 lectures dans 52 organismes, le public a attribué le prix à L’empire de l’or rouge : enquête mondiale sur la tomate d’industrie.

Le journaliste Jean-Baptiste Malet a enquêté pendant près de deux ans à la poursuite de la tomate d’industrie. Il s’est rendu d’un continent à l’autre afin de rencontrer des traders, des paysans, des fabricants de machines, des généticiens. Il nous livre ainsi les secrets de ce marché juteux et opaque : main d’œuvre illégale, mafia…

Pour le rencontrer, rendez-vous le 1er décembre à la Maison du Livre de l’Image et du Son (MLIS) de Villeurbanne. Il sera possible de le voir à partir de 16h pour les signatures puis à 17h30 pour la conférence et la remise du Prix.

Suite du classement

Arrivent ensuite :

Traque verte : les dernières heures d’un journaliste indien de Lionel Astruc.
Paul Watson – Sea Shepherd, le combat d’une vie de Lamya Essemlali.
Le changement climatique : Menace pour la démocratie ? dde Valéry Laramée de Tannenberg.
Et il foula la terre avec légèreté de Mathilde Ramadier, Laurent Bonneau.
Séduire comme une biche ou comment trouver le bon partenaire de Jean-Baptiste De Panafieu et Jean-François Marmion.

Le Prix en quelques mots :

Ce sont les lecteurs dont ceux de la médiathèque de Meyzieu qui attribuent le Prix Régional du Livre Environnement. Il est organisé par la Maison de la Nature et de l’Environnement de l’Isère et la Maison de l’Environnement de la Métropole de Lyon, soutenu par la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Il présente ainsi une sélection de six ouvrages mettant en avant une réflexion intéressante et pédagogique sur des thématiques environnementales d’actualité. Essais, biographies, fictions, documentaires, bandes dessinées, types d’écrits et genres littéraires variés, il y en a donc pour tous les goûts ! Tout au long du prix, des rencontres d’auteurs sont aussi organisées.

Depuis qu’il a acquis sa dimension régionale en 2013, plusieurs milliers de lecteurs ont été touchés par le prix.

  • Voir en ligne : Pour s’inscire en ligne à la rencontre avec J.-B. Malet
  • Poster un commentaire
    - - -

    mardi 13 novembre 2018

    QUAND LA REALITE AUGMENTEE RENCONTRE LE PAPIER

    QUAND LA REALITE AUGMENTEE RENCONTRE LE PAPIER

    Une récente application gratuite a vu le jour. Il s’agit de SnapPress que l’on doit à une toute jeune start-up créée en juin 2016 à Paris, spécialisée dans la reconnaissance d’images et la réalité augmentée.

    Avec SnapPress, chaque utilisateur peut scanner un imprimé pour révéler les contenus en réalité augmentée qui y sont associés, les partager mais aussi interagir avec eux.

    Disponible gratuitement sur les plateformes IOS et Androïd, l’application est accessible au grand public.

    Son fonctionnement est assez simple. Grâce à l’appareil photo d’un smartphone, il est possible de « snaper » des pages de magazines, de livres, des packagings ou encore des affiches. Ce snap fait apparaître des informations digitales associées au document, sous forme de réalité augmentée. Celles-ci sont variées, on peut visualiser des photos, des vidéos, des jeux, de la musique ainsi que des animations 3D. Par exemple, il est possible de voir la bande-annonce d’un film rien qu’en scannant son affiche.
    Ces informations augmentées peuvent être facilement partagées par l’utilisateur. Elles sont gardées en mémoire dans l’application via un onglet « Historique ».

    En créant SnapPress , les deux fondateurs, Christophe Bossut et Guy Le Hénaff ont voulu rendre le papier plus attractif en l’augmentant et en créant ce qu’ils appellent « le PostPresse », c’est-à-dire, la possibilité d’ajouter des informations à un document imprimé.





    La réalité augmenté comme réseau social

    Le nom de SnapPress rappelle évidemment celui de SnapChat, cette application de partage éphémère de photos et de vidéos, très connue et utilisée principalement par les jeunes. En effet, le terme « snaper » désigne le fait de capturer et de partager un moment ou une information. Cette ressemblance n’est pas un hasard puisque l’objectif de SnapPress est d’accompagner l’échange de l’information et de la commenter.

    Pour cela, une fonctionnalité additionnelle a été ajoutée récemment. Il s’agit du « Drop » qui permet à chacun d’ajouter ses propres contenus et commentaires, à la manière des réseaux. Si le document "snapé" est "droppé", il sera alors possible de voir le contenu lié grâce au smartphone. Sinon, on peut être aussi invité à ajouter des messages par le biais d’un compte Facebook. Les utilisateurs peuvent ensuite réagir aux « Drops » en postant des commentaires. Cette fonctionnalité constitue la première chaîne de réalité augmentée !

    Si tout cela vous paraît trop technique voici une vidéo explicative :


    Un outil intéressant pour les professionnels de la communication

    Pour les professionnels tels que les annonceurs, SnapPress est aussi un bon outil de communication. Il leur donne la possibilité de prolonger l’expérience papier avec des contenus numériques riches, d’obtenir un retour immédiat sur les publications et les lecteurs et enfin d’allonger la durée de vie et la pertinence des supports papier en diffusant des compléments actualisés ou des informations promotionnelles.

    Le site de l’application propose un onglet dédié aux professionnels (imprimeurs, agences, acteurs de la chaîne de la presse, éditeurs…), dans lequel ils peuvent trouver les outils nécessaires pour insérer facilement de la réalité augmentée dans leurs supports imprimés.



    L’application offre ainsi de nombreuses possibilités : les restaurateurs pourront par exemple recueillir les avis de leurs clients sur leurs menus ; les consommateurs donneront leurs conseils de recettes sur les packagings des produits alimentaires…
    Par ailleurs, la start-up se lance également dans le domaine de l’éducation avec la création de SnapSchool, en partenariat avec Digischool, pour aider les jeunes à faire leurs devoirs.

    Il faut préciser que SnapPress ne fonctionne qu’avec les contenus imprimés qui sont labellisés, le label imprimeur étant en cours de développement. Ainsi, le magazine Courrier Cadres propose des articles en réalité augmentée, ainsi que toutes les affiches de films, la Une du Figaro ou encore certains numéros de Fluide glacial et Science et Vie Junior également.

    Une application en constante évolution

    Si les supports associés à des contenus digitaux sont pour le moment principalement des magazines, des livres et des affiches, cet éventail est invité à s’agrandir via les mises à jour fréquentes à venir, annoncées par le site de l’application.

    L’élargissement du contenu connecté et les nouvelles fonctionnalités de SnapPress seront donc intéressantes à suivre car elles s’inscrivent dans la tendance qui fait du papier un objet de plus en plus connecté.
    Cette évolution "tord le cou" à l’idée reçue selon laquelle le papier est voué à disparaître. Au contraire, elle démontre que les nouvelles technologies et le papier peuvent s’associer et devenir complémentaires.
    On estime d’ailleurs que dans 10 ans la réalité augmentée devrait représenter plus d’un million et demi d’applications. Le papier connaît donc un nouveau souffle et a encore de longues années devant lui.


    SnapPress est disponible gratuitement sur Itunes store ainsi que sur Google play


    (Pauline)

    Poster un commentaire
    - - -

    vendredi 2 novembre 2018

    ELISE FONTENAILLE : UNE AUTEURE A (RE)DECOUVRIR !

    ELISE FONTENAILLE : UNE AUTEURE A (RE)DECOUVRIR !

    Née en 1960, à Nancy, Élise Fontenaille a suivi des études de sociologie et d’ethnologie à Bordeaux et à Toulouse. D’abord journaliste à Paris, elle part vivre à Vancouver au Canada pendant deux ans, et travaille comme attachée de presse au consulat de France. C’est de retour à Paris et pendant une période de chômage qu’elle décide d’écrire son premier roman, La Gommeuse, qu’elle publie chez Grasset, en 1997.

    S’en suit une quarantaine d’ouvrages pour la jeunesse et les adultes publié chez les éditeurs Rouergue, Grasset, Stock ou encore Calmann-Levy.
    Ses années de vie au Canada lui inspireront plusieurs romans dont Les Disparues de Vancouvert , Unica ou encore La Cérémonie d’hiver.

    L’Histoire ou les fait divers sont aussi des thèmes que l’on retrouve souvent chez Elise Fontenaille. Dans la collection DoAdo de chez Rouergue, l’auteure nous plonge tour à tour dans les dernières heures de l’Empire Inca, en République Dominicaine sous dictature ou encore dans les rues de Paris avec Banksy.

    Récompensée à de nombreuses reprises pour son œuvre, son dernier ouvrage est un album pour enfants tiré une nouvelle fois d’un fait réel. On y suit le voyage d’un chat, d’Irak en Norvège, qui après s’être perdu pendant la fuite de sa famille, compte bien retrouver ses maîtres !

    Quelques romans à lire

    Le Garçon qui volait des avions

    La véritable histoire de Colton Harris-Moore, un ado américain de 16 ans, arrêté en juillet 2010 après avoir volé des dizaines de voitures, de bateaux… et même d’avions. Pendant deux ans, il a vécu en homme libre et sauvage sur un archipel d’îles, au large de Seattle. Il est devenu un héros de légende pour la jeunesse américaine.






    Trois sœurs et le dictateur

    Mina, une adolescente américaine, se rend pour la première fois en République dominicaine, le pays d’origine de son père. Elle fait la rencontre de sa grand-tante, qui va lui révéler le destin tragique de sa grand-mère, Minerva Mirabal. Adolescente encore, cette dernière a tenu tête au dictateur de l’époque, Rafael Trujillo, qui voulait en faire sa maîtresse...






    La Révolte d’Eva

    Éva et ses quatre sœurs vivent sous l’emprise d’un père violent, admirateur d’Adolf Hitler. Personne dans le village n’ose s’affronter à lui. Sauf Éva, qui est la plus jolie de la famille et aussi la plus rebelle. Jusqu’à la tragédie...
    Disponible à la médiathèque






    La Cité des filles-choisies

    En 1995, des chercheurs ont trouvé au sommet du mont Ampato au Pérou la momie d’une adolescente, conservée dans les glaces depuis le XVIe siècle. C’est son histoire que l’on découvre, celle d’une jeune inca qui après avoir goûté aux joies de la capitale, Cuzco, assiste horrifiée à la chute d’un empire.






    Blue Book

    Il est une chose dont peu se souviennent, c’est que l’Allemagne fut une puissance colonisatrice. De 1883 à 1916, elle occupa ce qu’on appelait alors le Sud-Ouest africain, l’actuelle Namibie. Il en est une autre que beaucoup ignorent, c’est que cette colonie fut le théâtre du premier génocide du XXe siècle. Un génocide oublié, occulté même, car le premier rapport officiel – le fameux Blue Book – sur le massacre des Hereros et des Namas fut soustrait à la connaissance du public en 1926.
    Disponible sur notre bibliothèque numérique


    Kill the Indian in the Child

    Comme tous les jeunes Indiens, Mukwa, 11 ans, est envoyé à Sainte-Cécilia, un pensionnat canadien dont l’éducation est confiée à des religieux. Malheureusement, cet établissement ne ressemble en rien à une école traditionnelle. Pour tout apprentissage, le jeune Ojibwé découvre l’humiliation, la privation de nourriture, les mauvais traitements... Car le mot d’ordre est "Kill the Indian in the child" : éliminer l’Indien dans l’enfant, lui faire oublier sa culture, sa religion, ses origines. Mais Mukwa se rebelle, décide de fuir et de rejoindre son père trappeur, dans la forêt...
    Disponible à la médiathèque


    L’Extraordinaire voyage du chat de mossoul raconté par lui-même

    Il était une fois un chat extraordinaire, et ce chat, c’est moi !
    Je vivais à Mossoul chez ma maîtresse, Samarkand, et je ronronnais à longueur de journée : le chat le plus heureux du monde ! Mais un jour, les hommes en noir ont envahi la ville. Nous nous sommes enfuis, nous avons traversé des frontières et moi, pour la première fois, j’ai vu la neige et la mer. Oui mais voilà : je me suis perdu ! Et bien croyez-moi ou pas : c’est très loin tout au nord que j’ai retrouvé ma famille. De l’Irak à la Norvège, ça en fait un bout de chemin, mais c’est ce qui s’est vraiment passé ! Et moi je suis toujours le chat le plus heureux du monde !

    Et pour assister aux retrouvailles entre le courageux chat et sa famille, c’est par ici


    Bonnes lectures !


    (Charlotte)

    Poster un commentaire
    - - -

    | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 13 |