Replik - Reactions culturelles en chaine
Bienvenue sur le blog de l’actualité culturelle de la médiathèque de Meyzieu
Médiathèque de Meyzieu Mixmac
Tags Replik
Commentaires des membres de replik

Billets parus le vendredi 2 octobre 2020

CHRISTOPHER NOLAN : ENTRE MELANGE DES GENRES ET MANIPULATION TEMPORELLE

CHRISTOPHER NOLAN : ENTRE MELANGE DES GENRES ET MANIPULATION TEMPORELLE

"Are you watching closely ?"
"Est-ce que vous regardez attentivement ?"



C’est sur cette question que débute le film Le Prestige, du réalisateur Christopher Nolan. Et cette interrogation, pourtant simple, pourrait parfaitement résumer la filmographie de notre réalisateur. Avez-vous fait attention à tous les détails ? Êtes-vous sûr de n’avoir pas raté un élément essentiel pour la compréhension de l’intrigue ? Restez vigilant, en alerte, et observez.


Christopher Nolan est né en 1970. D’un père anglais et d’une mère américaine, il grandit entre Londres et Chicago. Passionné très jeune par le cinéma, il réalise et produit son premier film en 1998, Following, le suiveur. Suivront ensuite Memento, Insomnia, Le Prestige, puis la célèbre trilogie Batman, et les plus récents Inception, Interstellar, Dunkerque et Tenet. Véritable touche à tout, il est à la fois réalisateur, scénariste et producteur. Chacun de ses films est aujourd’hui un succès critique et commercial. Les spectateurs sont toujours au rendez-vous dans les salles, et rarement déçus. Mais revenons sur ce qui fait la "marque" Christopher Nolan.

Le jeu avec les genres cinématographiques

Il est impossible de cantonner le réalisateur à un seul genre. Quand Following est un thriller en noir et blanc à petit budget, les Batman sont des films de super-héros à grosse production et touchent un public plus large. Insomnia est un film noir, Dunkerque un film de guerre, tandis que le Prestige mêle historique et fantastique. Inception et Interstellar se classent eux dans les films de science-fiction. Enfin, avec Tenet, Christopher Nolan s’essaie au film d’espionnage à la James Bond.
Et pourtant, quel que soit le genre qu’il aborde, on reconnaît toujours sa patte.

Une temporalité bousculée

Car le cinéma de Christopher Nolan présente souvent un jeu avec le temps. Ainsi dans Memento, le héros perd la mémoire immédiate et doit utiliser des notes et tatouages pour se souvenir et traquer l’assassin de sa femme, le film étant lui-même raconté à rebours. Dans Inception, le temps est modulable, il n’avance pas à la même vitesse dans la réalité et dans le rêve, cinq minutes dans la réalité devenant une heure dans le rêve. Dans Interstellar, le temps peut être modifié selon l’attraction d’un trou noir. Dunkerque décrit un événement selon trois lignes temporelles différentes, le tout amplifié par un très fort suspense. Enfin, dans Tenet, le temps peut carrément s’inverser, et les protagonistes choisir d’avancer vers le passé au lieu du futur.
Le temps est rarement linéaire dans ces films. Christopher Nolan aime créer des univers alternatifs et repousse l’imaginaire à ses limites. Ses scénarios complexes, véritables labyrinthes narratifs, jouent avec l’intelligence du spectateur.

Aperçu de son œuvre (disponible à la bibliothèque)

La trilogie Batman : Batman begins (2005), The Dark Knight (2008) et The Dark Knight Rises (2012)
Christopher Nolan remonte aux origines du personnage de Batman, de son enfance et sa peur des chauves-souris à la création du héros légendaire et son combat contre Ra’s al Ghul et le Joker. On suit un Bruce Wayne plus sombre et torturé que dans ses versions précédentes.




Inception (2010)
Ce film explore la relation entre rêve et mémoire. L’objectif des protagonistes est d’implanter une idée au plus profond du subconscient d’un individu, pour que cette idée devienne souvenir. C’est une véritable course contre la montre qui s’opère, avec une succession de rêves dans le rêve, si bien que le spectateur en vient à se demander : avons-nous la preuve que nous sommes bien dans la réalité ?


Interstellar (2015)
Cette quête spatiale et temporelle s’ouvre sur une Terre exsangue, aride, balayée par la sécheresse. Il ne s’agit ici plus de sauver la planète, il est trop tard pour ça, mais de la quitter pour sauver l’espèce humaine. Un ancien pilote et ingénieur est donc contacté par la NASA pour partir en mission et trouver une nouvelle planète habitable aux confins de l’univers.


Dunkerque (2017)
Le spectateur assiste dans ce film à l’opération Dynamo, qui consista en mai 1940 à évacuer de Dunkerque environ 300 000 soldats alliés encerclés par les troupes allemandes. L’histoire est racontée selon trois points de vues en lien avec trois éléments naturels. La terre, d’abord, avec un jeune soldat bloqué pendant une semaine sur la plage. La mer, ensuite, où l’on suit sur une journée un petit voilier allant sauver des combattants. L’air, enfin, avec une heure dans un Spitfire de la Royal Air Force. Le spectateur est tenu en haleine par un sentiment de danger permanent, accentué par la quasi absence de dialogue et de musique.

Actuellement au cinéma (et bientôt à la bibliothèque)

Tenet (2020)
La troisième guerre mondiale sera une guerre temporelle. Le héros s’engage donc dans une véritable course contre la montre, au scénario millimétré, pour déjouer les plans de l’ennemi, qui n’est autre que le futur. Avec ce film, Christopher Nolan invente une manière d’inverser l’entropie des objets et des hommes, en jouant avec les lois de la physique et de la temporalité, et propose à son spectateur de ne pas considérer le temps de manière linéaire.




Christopher Nolan, grâce à ses scénarios complexes et aux interrogations que soulèvent ses films, est perçu comme l’un des grands réalisateurs de notre siècle. Certainement parce qu’il est impossible de rester passif face à ses films : Ils nous percutent, nous forcent à réfléchir et surtout à échanger. Des films auxquels on revient encore et encore...

Mélanie

Poster un commentaire
- - -