Replik - Reactions culturelles en chaine
Bienvenue sur le blog de l’actualité culturelle de la médiathèque de Meyzieu
Médiathèque de Meyzieu Mixmac
Tags Replik
juin 2020 :

Rien pour ce mois

mai 2020 | juillet 2020

Commentaires des membres de replik

Billets pour « Documentaire »

mercredi 8 novembre 2017

OBJECTIF ZERO DECHET

OBJECTIF ZERO DECHET

A la Médiathèque de Meyzieu, nous attachons beaucoup d’importance au développement durable, et notamment à la tendance Zéro déchet.

C’est aussi un intérêt très personnel pour moi, qui a commencé aux États-Unis, où je vivais à l’époque.
On y projetait alors le film Bag it dont voici la bande-annonce :



Même si vous ne comprenez pas l’anglais, vous aurez remarqué que ce documentaire traite de l’omniprésence du plastique dans nos vies et des déchets qu’il génère.
Il suffit parfois d’un film, d’une conversation ou d’un livre pour vous ouvrir les yeux sur un sujet.

Cette prise de conscience, et l’envie d’agir qui en découle, s’alimente ensuite avec d’autres documents que je vous conseille et que vous pourrez emprunter à la médiathèque (en français !) :

Plastic Planet / réalisé par Werner Boote, Editions Montparnasse, 2011.

Commode et bon marché, le plastique est devenu incontournable dans notre vie quotidienne. Tous les secteurs de l’industrie mondiale en dépendent aujourd’hui, d’une manière ou d’une autre. Il est présent partout. Pourtant, le plastique est devenu un danger global, tant pour l’homme que pour la planète, symbole de surconsommation et de pollution à grande échelle.

Que faire alors ? Car on se rend vite compte qu’il est difficile de trouver des produits sans emballages plastique. On a ainsi l’impression de ne plus pouvoir acheter grand chose. Et c’est là qu’intervient le défi du zéro déchet !

Qu’est-ce que le zéro déchet ? C’est limiter au maximum la taille de sa poubelle en faisant des choix de consommateur éclairé, responsable et économe. Car oui, 15 à 30 % du prix des produits que l’on achète correspond à l’emballage. Pour vous guider, comme moi, dans cette démarche écologique et économique, vous pouvez lire :

Zéro déchet  / Béa Johnson, Éditions Les Arènes, 2013.

Béa Johnson nous explique comment elle et sa famille ont maintenu leur style de vie tout en ne produisant quasiment aucun déchet. Ils ont réduit leurs dépenses annuelles de 40%, et n’ont jamais été en aussi bonne santé, à la fois physiquement et émotionnellement.





Famille presque zéro déchet : Ze guide et Les zenfants presque zéro déchet : Ze mission

Ces deux livres sont actuellement des best seller dans le genre, très appréciés pour leur analyse théorique et leurs défis pratiques.





Plus récemment, une Majolane, Lisa Masset, a écrit un livre de recettes alimentaires et créatives sur ce même sujet :

Zéro déchet, zéro gaspi : Les merveilles créatives du recyclage alimentaire

Nous l’avons donc invitée, ainsi que la blogueuse Tiphaine Guillermou de Tiff in Lyon, le samedi 18 novembre au centre social et culturel René Cassin pour une rencontre qui sera certainement passionnante !

Elles nous présenteront leurs parcours, le déclic d’un engagement zéro déchet et pourquoi partager sa démarche. Ce sera l’occasion tous ensemble de partager des bons plans pour réduire notre impact environnemental.



Bel hasard du calendrier, notre action inaugure la semaine Européenne de réduction des déchets, conduit par l’ADEME, dont voici une vidéo amusante :


Alors, prêt pour l’objectif zéro déchet ? !

Karine

  • Voir en ligne : Plus d’infos sur l’événement du 18 novembre
  • Poster un commentaire
    - - -

    jeudi 21 septembre 2017

    MERCI PATRON ! ET MOI, DANIEL BLAKE : DEUX FILMS "SOCIAUX" POUR UNE RENTREE SOCIALE

    MERCI PATRON ! ET MOI, DANIEL BLAKE : DEUX FILMS "SOCIAUX" POUR UNE RENTREE SOCIALE

    En ce début d’année, nous souhaitons vous présenter deux films « sociaux » coups de cœur que vous pouvez retrouver en version DVD à la médiathèque.











    Merci Patron !

    Le premier film qui nous a marqué c’est Merci patron ! réalisé par François Ruffin, qui avait fait l’année dernière plus de 500 000 entrées au cinéma, chose rare pour un documentaire.

    Synopsis :
    Pour Jocelyne et Serge Klur, rien ne va plus : leur usine fabriquait des costumes Kenzo (Groupe LVMH), à Poix-du-Nord, près de Valenciennes, mais elle a été délocalisée en Pologne.
    Voilà le couple au chômage, criblé de dettes, risquant désormais de perdre sa maison. C’est alors que François Ruffin, fondateur du journal Fakir, frappe à leur porte. Il est confiant : il va les sauver. Entouré d’un inspecteur des impôts belge, d’une bonne sœur rouge, de la déléguée CGT, et d’ex-vendeurs à la Samaritaine, il ira porter le cas Klur à l’assemblée générale de LVMH, bien décidé à toucher le cœur de son PDG, Bernard Arnault.

    Mais ces David frondeurs pourront-ils l’emporter contre un Goliath milliardaire ?

    Du suspense, de l’émotion, et de la franche rigolade. Nos pieds nickelés picards réussiront-ils à duper le premier groupe de luxe au monde, et l’homme le plus riche de France ?

    Récompensé aux Césars dans la catégorie du meilleur documentaire en février 2017, Merci patron ! est un ovni dans le paysage cinématographique français.

    François Ruffin - sorte de Michael Moore à la française – accompagné de ses acolytes montrent avec cette satire sociale jubilatoire qu’on peut encore faire trembler les "gros" et les faire vaciller.

    Sans vous révéler la fin bien sûr, ce film, qui est un véritable triomphe de l’entraide sur l’argent roi, est un film revendicatif, qui pourrait être grave, mais qui vous donne finalement la banane.

    A voir ou à revoir d’urgence !


    Vous pouvez réservez ce DVD à la médiathèque.

    Vous pouvez également retrouver ce film sur notre service numérique Médiathèque Numérique.





    Moi, Daniel Blake

    Quel est le point commun entre Francis Ford Coppola, Emir Kusturica, Michael Haneke et Ken Loach ?

    Bienvenue dans le cercle très fermé des réalisateurs primés deux fois au Festival de Cannes ! Ils sont seulement sept au total.

    Le Britannique Ken Loach a reçu l’année dernière sa deuxième récompense, largement méritée, pour le chef-d’œuvre I, Daniel Blake, un film bouleversant avec une mise en scène ultra réaliste.

    Synopsis :
    Pour la première fois de sa vie, Daniel Blake, un menuisier anglais de 59 ans, est contraint de faire appel à l’aide sociale à la suite de problèmes cardiaques. Mais bien que son médecin lui ait interdit de travailler, il se voit signifier l’obligation d’une recherche d’emploi sous peine de sanction. Au cours de ses rendez-vous réguliers au « job center », Daniel va croiser la route de Katie, mère célibataire de deux enfants qui a été contrainte d’accepter un logement à 450km de sa ville natale pour ne pas être placée en foyer d’accueil. Pris tous deux dans les filets des aberrations administratives de la Grande-Bretagne d’aujourd’hui, Daniel et Katie vont tenter de s’entraider…



    Âgé aujourd’hui de 81 ans, Ken Loach est un cinéaste engagé au style cinématographie très proche du documentaire, qui garde intacte toute sa colère et son humanisme. C’est aussi un des derniers réalisateurs à encore parler de la classe ouvrière dans ses films, notamment ici en montrant la solidarité entre laissés-pour-compte.

    Il conte dans ce film l’histoire d’un héros ordinaire et sublime à la fois, Daniel Blake, magnifiquement interprété par l’humoriste Dave Johns.

    Ce long-métrage est à rapprocher des meilleurs films de Ken Loach ayant pour sujet les problèmes sociaux britanniques comme Riff-Raff et surtout My Name is Joe.

    Yes ! Ken Loach n’a pas encore déposé les armes !


    Vous pouvez également réservez ce DVD à la médiathèque.




    Vous l’aurez donc compris, ces deux films tout fraichement sortis en DVD sont à découvrir absolument, alors ne les manquez pas !

    (Eric)

    Poster un commentaire
    - - -

    mardi 27 juin 2017

    LE LAND ART

    LE LAND ART

    Le Land Art est une forme d’art contemporain qui a débuté au début des années 60 aux États-Unis.

    Avec les artistes du land art, la nature n’est plus simplement représentée : c’est au cœur d’elle-même (in situ) que les créateurs travaillent. Ils veulent quitter les musées et les galeries, avec leurs tickets d’entrée et heures d’ouverture, afin de véritablement « sortir des sentiers battus ».
    L’œuvre ne doit plus être une valeur marchande vouée à une élite mais une véritable expérience liée au monde réel.
    Les artistes utilisent des matériaux naturels (bois, terre, pierres, sable, rocher, etc.) et le plus souvent dans des endroits tels que des déserts, des forêts, des plages…

    Deux notions intéressantes du land art sont celles de l’éphémérité et celle de l’écologie. En effet, l’œuvre subit des transformations : l’érosion et à plus ou moins longue échéance la disparition de l’œuvre. C’est donc la photographie ou la vidéo qui vont permettre de faire connaître et perdurer les créations.

    Malgré tout, dans les années 1970, certaines œuvres intègrent les musées et expositions, d’abord par l’image puis par des installations dans les espaces intérieurs.

    Quelques œuvres

    View , Nicole DEXTRAS, 2007. Toronto (Canada)

    Sa démarche :
    View est une installation de lettres en glace mesurant 2 mètres de haut située sur la rive du lac Ontario près de la ville de Toronto. Construites à partir de coffrages de bois remplies d’eau du lac, elles gèlent au froid naturel des hivers canadien pendant deux semaines.
    Une fois les formes enlevées, la glace tiens sa forme mais soumise aux caprices de la nature fond peu à peu, ne laissant aucune trace. Le mot View (n. Vue) choisi pour ce projet reflète notre regard urbain sur le paysage, notamment dans le contexte de l’architecture de condominium où la vue est à vendre.






    The Greenhouse , François FRECHET, 2009, I-Park (Connecticut, USA).

    Sa démarche :
    François Frechet explique sa démarche : "Le projet The Greenhouse, est un travail qui veut mettre en valeur la flore sauvage de votre parc, et parler de biodiversité.
    En fait cette structure va devenir verte, au travers de la pousse des graines que j’ai semées. Mais j’espère que le vent ou les oiseaux vont apportés beaucoup de graines sauvages au printemps. Et peut-être, plusieurs insectes construiront leurs nids à l’intérieur.
    C’est une installation qui pourrait évoluer au cours des saisons.
    Le paysage ne peut être réduit à sa seule valeur économique ou utilitaire pour nourrir, vêtir, abriter, chauffer l’être humain. Il contient cette biodiversité qui le fait exister.
    "



    Série les écologiques, Zoomorphie , Vincent LERAY, Corse.

    Sa démarche :
    Depuis le milieu des années 90, Vincent Leray développe une œuvre qui tisse des rapports singuliers avec le monde maritime. Sa production artistique se nourrit d’une mémoire collective ou d’une histoire personnelle avec les milieux du littoral.
    Son vocabulaire plastique, marqué par une approche conceptuelle, se décline autour d’un élément emblématique : l’empreinte géométrique d’un motif étoilé ciselé en creux ou en relief sur la structure calcaire des oursins.
    À l’origine d’un projet, il est toujours question d’observer une situation en visant des enjeux ethnologiques, poétiques ou critiques de l’environnement marin. Le déplacement physique, le voyage, la notion d’espace et de temps ont contribué à développer une pratique photographique autour du paysage littoral. Sensible aux mouvements absurdes du monde, à l’intensification des activités humaines qui dégradent les écosystèmes marins, le projet soulève les questions écologiques de notre temps.

    Quelques réalisations plus modestes













    Le land art avec les enfants















    Vous l’aurez compris le land art est à la portée de tous, de tous âges, pour toutes les bourses et n’importe où… Ce qui en fait une activité idéale et merveilleuse surtout à l’approche des vacances !

    Pour enrichir votre imagination vous pouvez consulter le site www.landarts.fr qui est une ressource incontournable sur le land art…

    Vous pouvez également venir à la médiathèque pour emprunter ces livres :

    Bonnes vacances et belles créations « nature » !

    (Véro)

    Poster un commentaire
    - - -

    | 1 | ... | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | ... | 13 |