Replik - Reactions culturelles en chaine
Bienvenue sur le blog de l’actualité culturelle de la médiathèque de Meyzieu
Médiathèque de Meyzieu Mixmac
Tags Replik
Commentaires des membres de replik

mardi 13 avril 2021

LE VIOLONCELLE : DÉCOUVERTE DE SON RÉPERTOIRE ET DE SES INTERPRÈTES - Première période

LE VIOLONCELLE : DÉCOUVERTE DE SON RÉPERTOIRE ET DE SES INTERPRÈTES - Première période

Le violoncelle appartient à la famille des cordes frottées, au même titre que le violon, l’alto ou la contrebasse. Il nécessite l’usage d’un archet. Sa tessiture est la plus large des instruments à cordes frottées. Il va du grave à l’aigu, comme peut le faire la voix humaine dont il se rapproche beaucoup.

Son origine remonte au 16ème siècle, en Italie. Sa taille et son aspect vont évoluer. On parle d’abord de rebec qui possède trois cordes, puis de basse de violon qui en a quatre. Les luthiers Stradivari et Guarneri vont améliorer l’instrument. Pendant le 16ème et 17ème siècle, il subit la concurrence de la viole de gambe que lui préfèrent de nombreux compositeurs comme Marin Marais, François Couperin ou Henry Purcell.

Le violoncelle à la fin du 18ème siècle va prendre le dessus. A l’origine instrument d’accompagnement, en basse continue avec le clavecin, le violoncelle est devenu un instrument virtuose. De nos jours, le violoncelle a même trouvé sa place dans la musique actuelle, voire le rock.

Les musiciens les plus habiles vont mettre en valeur ses qualités de timbre et de virtuosité. Bach va faire sa renommée en composant ses six Suites pour Violoncelle seul qui expriment avec profondeur les capacités polyphoniques de l’instrument.
Vivaldi lui dédit 27 concertos et de nombreuses sonates. Boccherini, excellent violoncelliste écrit des concertos pour violoncelle. Haydn également. De nouvelles techniques apparaissent, notamment avec l’usage du pouce. Les luthiers cherchent à faire évoluer l’instrument en le rendant plus sonore.

La période romantique du 19ème siècle va donner à l’instrument ses lettres de noblesse. Sa technique est améliorée au point de faire l’objet de traités et méthodes destinés aux élèves qui apprennent le violoncelle.

Le violoncelle se joue assis, positionné entre les genoux. La pique permettant de stabiliser l’instrument a été ajoutée au milieu du 19ème siècle. En effet, avant cette date, l’instrument se jouait posé directement sur les mollets, mais le développement de la virtuosité sur cet instrument a nécessité une plus grande stabilité.

Une introduction pédagogique autour du violoncelle

Présentée par Bruno Philippe.
Sa révélation aux victoires de la musique en 2008 et ses nombreux succès dans les festivals de musique classique en font l’un des grands violoncellistes français contemporain. Un artiste à suivre qui va encore nous surprendre.

Jean-Sébastien BACH (1685-1750)

Les fameuses Suites pour violoncelle interprétées par Marc Coppey qui joue sur un violoncelle Matteo Goffriller de 1711. Il enseigne au CNSMD de Paris.

Joseph HAYDN (1732-1809)

Divertimento en G par Jean-Guihen Queyras et Alexandre Tharaud.
J-.G Queyras est né à Montréal mais vit en France. Il a longtemps joué pour l’Ensemble Intercontemporain lorsqu’il était dirigé par Pierre Boulez. Son répertoire est très large, en témoigne son imposante discographie.

Josef HAYDN

Concerto n°1 par Mstislav Rostropovitch & L’Academie de Saint Martin in the Fields.
Surnommé Rostro , il a joué au pied du mur de Berlin lors de sa chute. Le maître absolu du violoncelle, une légende vivante qui a fréquenté les deux grands compositeurs que sont Prokofiev et Chostakovitch qui ont composé des œuvres pour violoncelle à son attention.

Luigi BOCCHERINI (1743-1805)

Concerto de violoncelle par Xavier Phillips.
Ce musicien précoce a commencé le violoncelle à 6 ans. Son instrument est un Goffriller de 1710.

Ludwig van BEETHOVEN (1770-1827)

Triple concerto violon, violoncelle et piano par Anne Gastinel, Nicholas Angelich (piano), Paavo Järvi chef d’orchestre Frankfurter Radio Symphony.
A. Gastinel est une violoncelliste lyonnaise, professeur au CNSMD de Lyon. Elle a travaillé avec les grands maîtres du violoncelle que sont Paul Tortelier et Yo-Yo Ma.
https://youtu.be/_CdTSvb9lUU

Niccolo PAGANINI (1782-1840)

Paul Tortelier interprète variation sur le thème de Moïse en Egypte.
Grand Violoncelliste français et pédagogue reconnu disciple de Pablo Casals.

Franz SCHUBERT (1797-1828)

Sonate Arpeggione D821 par Mistalva Rostropovitch

Gaetano DONIZETTI (1797-1848)

L’Élixir d’amour : Una furtiva lagrima par Camille Thomas
Elle démarre le violoncelle à 4 ans et se forme au CNSMD de Paris. Lauréate de nombreux prix, elle est nommée en 2014, New talent of the year au concours de l’Union européenne de radio télévision.

Félix MENDELSSOHN (1809-1847)

Sonate n°2 par Valérie Aimard et Pierre-Laurent Aimard au piano (son frère).
Elle sait produire un son généreux qui irradie sans jamais rechercher l’effet pour lui-même, un sens infaillible du phrasé long. Douée pour l’art de la pantomime en spectacle.

Frédéric CHOPIN (1810-1849)

Sonate pour violoncelle, largo par Emmanuelle Bertrand & Pascal Amoyel.
Diplomée du CNSMD de Lyon, cette stéphanoise lauréate du concours Rostropovitch est aussi professeur au CNSMD de Paris. Elle est directrice du festival de violoncelle de Beauvais. Pascal Amoyel l’accompagne régulièrement au piano.

Frédéric CHOPIN

Sonate pour violoncelle & piano par Sol Gabetta & Bertrand Chamayou.
Violoncelliste argentine qui vit et enseigne en Suisse, Elle est lauréate de nombreux prix de musique. Elle aborde avec autant d’aisance le répertoire classique, romantique et moderne. Elle joue avec les plus grands chefs et orchestres du monde.

Frédéric CHOPIN

Nocturne in C-sharp minor, op. Posth. Par Henri Demarquette accompagné au piano par Brigitte Engerer
Formé au CNSMD de Paris, sa carrière est internationale. Il côtoie les orchestres étrangers de renom et des pianistes talentueux. Il a collaboré avec l’accordéoniste Richard Galliano autour de Bach et d’oeuvres plus contemporaines. Son instrument, un stradivarius baptisé Vaslin de 1725.

Johannes BRAHMS (1833-1897)

Sonate pour violoncelle et piano n°1 par Ophélie Gaillard et Ferenc Vizi
Pédagogue recherchée, Ophélie Gaillard est professeur à la Haute École de Musique de Genève depuis 2014 et est régulièrement invitée pour des master classes et comme membre du jury de grands concours internationaux (ARD de Münich, Concours de Genève…). Sa carrière internationale révèle une artiste très appréciée.



Thierry

Poster un commentaire
- - -

mardi 30 mars 2021

COUP DE COEUR - ET SI ON SE PARLAIT ?

COUP DE COEUR - ET SI ON SE PARLAIT ?

Je vous invite à découvrir ces trois petits livres d’Andréa Bescond, illustré par Mathieu Tucker aux éditions Harper Collins.

Il n’est pas toujours facile d’aborder certains sujets avec les enfants, heureusement les livres sont là ! Et c’est avec beaucoup de finesse qu’ Andréa Bescond évoque, dans ces trois ouvrages, tant les droits de l’enfant que le respect de son intimité et de son intégrité corporelle, les violences familiales, la dépendance aux écrans, le harcèlement, le racisme, le corps et ses transformations, le consentement, la pédocriminalité, la pornographie, l’homophobie…



S’adaptant à chaque tranche d’âge (3/6 ans, 7/10 ans et 11 ans et +), elle informe les enfants avec tendresse et humour, tout comme elle aide les adultes à aborder ces sujets essentiels avec eux.

Ces petits ouvrages permettent de prévenir la violence sous toutes ses formes. Ils permettent de libérer la parole des enfants vis à vis des adultes qui les entourent. Les illustrations de Mathieu Tucker sont empreintes d’humour et de poésie, ce qui permet de prendre du recul et amène de la légèreté au sujet.


L’auteure

En 2014, Andréa Bescond a écrit un spectacle inspiré de son enfance, Les Chatouilles ou La Danse de la colère, l’histoire d’une petite fille qui subit des violences sexuelles. Le succès et l’intérêt pour ce travail lui a donné « l’envie d’écrire un ouvrage ludique et joyeux qui ouvrirait le dialogue entre les petits et les grands ».

Depuis qu’elle est sortie du silence lié à ce traumatisme, elle a à cœur de faire entendre la voix des plus vulnérables et de lutter contre les violences faites aux enfants.

« Et si on se parlait ? » est la première série de livres qu’elle leur adresse directement.

L’illustrateur

Né en Angleterre, Mathieu Tucker arrive en France à l’âge de 4 ans avec, déjà, la passion du dessin au bout du crayon.

Après un diplôme aux Arts décoratifs de Paris, il se lance comme illustrateur-graphiste et consacre une grande partie de son temps à la création d’albums jeunesse.

Irène

Poster un commentaire
- - -

mardi 23 mars 2021

LE PRINTEMPS DES POETES : LECTURES

LE PRINTEMPS DES POETES : LECTURES

Dans le cadre de l’événement national "Le Printemps des poètes", la médiathèque de Meyzieu est ravie de vous présenter une sélection de poèmes à écouter.









Maurice Carême : J’ai tant de choses à te dire

Poèmes de Maurice Carême, p.139.

J’ai tant de choses à te dire
Que je n’aurai jamais fini
De te parler, de te sourire
Pour essayer d’être compris.

Mais elles s’embuent de mystère
Comme ta voix et ton sourire
Comme tes mains dans la lumière
Les choses que je veux te dire.

Hélas ! J’ai beau faire, beau dire,
Il ne me reste qu’à me taire
Et à laisser parler mon cœur
Avec cette voix familière
Qu’il a pour parler du bonheur
Dès que je cherche à te les dire.


Pablo Neruda : sonnet vingt-cinquième

Quand on n’a que l’amour, Edition Bruno Doucey, p. 17

Mon amour, avant de t’aimer je n’avais rien :
j’hésitai à travers les choses et les rues :
rien ne parlait pour moi et rien n’avait de nom :
le monde appartenait à l’attente de l’air.

Je connus alors les salons couleur de cendre,
je connus des tunnels habités par la lune,
et les hangars cruels où l’on prenait congé,
et sur le sable l’insistance des questions.

Tout n’était plus que vide, et que mort et silence,
chute dans l’abandon et tout était déchu,
inaliénablement tout était aliéné,

tout appartenait aux autres et à personne,
jusqu’à ce que ta beauté et ta pauvreté
ne donnent cet automne empli de leurs cadeaux.


Paul Eluard : La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur

Les quatre saisons d’en sortant de l’école, p. 90.

La courbe de tes yeux fait le tour de mon cœur,
Un rond de danse et de douceur,
Auréole du temps, berceau nocturne et sûr,
Et si je ne sais plus tout ce que j’ai vécu
C’est que tes yeux ne m’ont pas toujours vu.

Feuilles de jour et mousse de rosée,
Roseaux du vent, sourires parfumés,
Ailes couvrant le monde de lumière,
Bateaux chargés du ciel et de la mer,
Chasseurs des bruits et sources des couleurs,

Parfums éclos d’une couvée d’aurores
Qui gît toujours sur la paille des astres,
Comme le jour dépend de l’innocence
Le monde entier dépend de tes yeux purs
Et tout mon sang coule dans leurs regards.


Robert Desnos : J’ai tant rêvé de toi

Les quatre saisons d’en sortant de l’école, p. 36.

J’ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité.
Est-il encore temps d’atteindre ce corps vivant
et de baiser sur cette bouche la naissance
de la voix qui m’est chère ?
J’ai tant rêvé de toi que mes bras habitués en étreignant ton ombre
à se croiser sur ma poitrine ne se plieraient pas
au contour de ton corps, peut-être.
Et que, devant l’apparence réelle de ce qui me hante
et me gouverne depuis des jours et des années
je deviendrais une ombre sans doute,
Ô balances sentimentales.
J’ai tant rêvé de toi qu’il n’est plus temps sans doute que je m’éveille.
Je dors debout, le corps exposé à toutes les apparences de la vie
et de l’amour et toi, la seule qui compte aujourd’hui pour moi,
je pourrais moins toucher ton front et tes lèvres que les premières lèvres
et le premier front venu.
J’ai tant rêvé de toi, tant marché, parlé, couché avec ton fantôme
qu’il ne me reste plus peut-être, et pourtant,
qu’à être fantôme parmi les fantômes et plus ombre cent fois
que l’ombre qui se promène et se promènera allègrement
sur le cadran solaire de ta vie.


Charles Baudelaire : Madrigal Triste

Quelques fleurs du mal, p. 88.

Que m’importe que tu sois sage ?
Sois belle ! et sois triste ! Les pleurs
Ajoutent un charme au visage,
Comme le fleuve au paysage ;
L’orage rajeunit les fleurs.

Je t’aime surtout quand la joie
S’enfuit de ton front terrassé ;
Quand ton cœur dans l’horreur se noie ;
Quand sur ton présent se déploie
Le nuage affreux du passé.

Je t’aime quand ton grand œil verse
Une eau chaude comme le sang ;
Quand, malgré ma main qui te berce,
Ton angoisse, trop lourde, perce
Comme un râle d’agonisant.

J’aspire, volupté divine !
Hymne profond, délicieux !
Tous les sanglots de ta poitrine,
Et crois que ton cœur s’illumine
Des perles que versent tes yeux !


Rabindranath Tagore

Le jardinier d’amour, sonnet XVI p. 51

Nos mains s’enlacent, nos yeux se cherchent. Ainsi commence l’histoire de nos cœurs.
C’est une nuit de mars éclairée par la lune ; l’exquise odeur du henné flotte dans l’air ; ma flûte est à terre abandonnée et ta guirlande de fleurs est inachevée.
Cet amour entre toi et moi est simple comme une chanson.
Ton voile couleur de safran enivre mes yeux.
La couronne de jasmin que tu me tresses réjouit mon cœur comme une louange.
C’est un jeu alterné de dons et de refus, d’aveux et de mystères ; de sourires et de timidités, de douces luttes inutiles.
Cet amour entre toi et moi est simple comme une chanson.
Nul mystère au-delà du présent ; nulle aspiration vers l’impossible ; pur enchantement ; nul tâtonnement dans la profondeur de l’ombre.
Cet amour entre toi et moi est simple comme une chanson.
Nous ne nous égarons pas, hors des paroles, dans le silence éternel. Nous ne tendons pas nos mains vers le néant des espoirs impossibles.
Il nous suffit de donner et de recevoir.
Nous n’avons pas écrasé les grappes de la jouissance jusqu’à en exprimer le vin de la douleur.
Cet amour entre toi et moi est simple comme une chanson.

Poster un commentaire
- - -

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 23 |