Mixmac - Le mur des sons actuels
Bienvenue sur le blog des musiques actuelles de la médiathèque de Meyzieu
Médiathèque de Meyzieu Replik
Tags Mixmac
Commentaires des membres de Mixmac

vendredi 24 juillet 2020

KULTISSIME : SNOOP LION

KULTISSIME : SNOOP LION

En 2012, il ne fallait plus l’appeler Snoop Dogg mais Snoop Lion !
Converti au rastafarisme non sans faire de vagues chez les adeptes de Jah, l’ancien roi du gangsta-rap américain avait alors décidé de se mettre au reggae et, avouons-le, ça lui allait assez bien, même s’il restait tout de même une touche de hip-hop dans son flow.

Snoop Lion a publié le bien-nommé "Reincarnated" en 2013 avec notamment en single le magnifique titre "Here comes the King" très electro-dancehall - normal, le morceau est produit par Major Lazer - et surtout une vidéo hilarante avec le grand Snoop dans sa tenue de messie.
Notons qu’aux choeurs on retrouvait Angela Hunte à qui l’on doit notamment "Empire state of mind" de Jay-Z et Alicia Keys.

  • Voir en ligne : Réserver ce CD
  • Poster un commentaire
    - - -

    vendredi 3 juillet 2020

    KULTISSIME : THE SONICS

    KULTISSIME : THE SONICS

    The Sonics était un groupe tout droit venu de Tacoma, dans l’état de Washington, au nord-ouest des USA, et actif de 1963 à 1968.
    Leur nom avait été choisi en référence aux usines Boeing qu’il y avait tout près de chez eux.

    Leur rock garage était une vraie tuerie, la musique était bruyante, sauvage, avec une batterie d’une extrême violence, des solos de guitare ultra-saturés et un chant hystérique qui racontait souvent des choses pour adultes.

    La devise des Sonics était très simple : "jouer le plus fort possible".
    Le titre "Have love will travel" est extrait de leur premier album "Here are the Sonics" paru en 1965 et considéré comme l’un des plus grands disques de garage de tous les temps.

  • Voir en ligne : Réserver ce CD
  • Poster un commentaire
    Voir les 1 commentaires
    - - -

    mercredi 17 juin 2020

    KULTISSIME : VALERIE JUNE

    KULTISSIME : VALERIE JUNE

    L’Américaine Valérie June, tout droit venue du Tennesse, que nous découvrions en 2013, n’en était pas à l’époque à son premier coup d’essai puisqu’elle publiait en fait son quatrième album, Pushin’ against a stone. Il faut avouer que les trois premiers, auto-produits, n’avaient pas fait beaucoup de bruit.

    Pleine de charme, avec ses énormes dreadlocks, la belle nous proposait une musique hors d’âge, entre folk, blues, country et même soul. Comme toute bonne fille du Sud des Etats-Unis, Valerie June avait appris à chanter sur les bancs de l’église. Sa voix, haute et pure, était idéale pour le blues. Elle avait réellement su trouver un son qui collait aux traditions et aux racines de la musique du Sud.

    Découverte par John Forté, ex-Fugees, elle nous rappellait une sorte de Lauryn Hill tendance folk. Cet album était produit par Dan Auerbach des Black Keys qui était décidément de partout en 2013 puisqu’il travaillait aussi avec Hanni El Khatib ou encore Michael Kiwanuka.

    Nous avions eu la chance de voir Valerie June quelques mois après la publication de cet album sur la scène de l’Epicerie Moderne de Feyzin pour un superbe set gravé à jamais dans nos mémoires.

  • Voir en ligne : Réserver ce CD
  • Poster un commentaire
    - - -

    | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 62 |