Replik - Reactions culturelles en chaine
Bienvenue sur le blog de l’actualité culturelle de la médiathèque de Meyzieu
Tags Replik
juin 2024 :

Rien pour ce mois

mai 2024 | juillet 2024

Commentaires des membres de replik

Billets parus le jeudi 16 mai 2024

LES 50 ANS DE FUTUROPOLIS

Lancée en 1974 par Etienne ROBIAL et Florence CESTAC, ayant connu quelques déboires fin 90 et trouvé un second souffle en 2004, la maison d’édition Futuropolis, spécialisée dans la bande dessinée d’auteur, fête cette année son 50ème anniversaire.

Une année 2024 qui célèbre son demi-siècle en fanfare avec la parution de 50 titres inédits rassemblant près de 60 auteurs et autrices autour de la fibre rebelle de l’éditeur.

C’est avec ces auteurs que la maison a construit sa renommée, une histoire collective qui trouvera sa pleine expression avec Traces Rupestres, un album à 14 mains compilant les témoignages de 7 bédéistes qui viendra conclure une belle année riche en évènements et en rencontres.

L’occasion de découvrir les récits forts de cette (presque) vieille dame du 9ème Art en parcourant les ouvrages proposés à la Médiathèque de Meyzieu !

20 ans ferme : Un récit pour témoigner de l’indignité d’un système de Sylvain Ricard (2012)
En 1985, Milan accepte sa condamnation à vingt ans de prison pour plusieurs braquages, mais il refuse que sa vie de détenu soit faite d’humiliations au fil des pratiques arbitraires qui ont lieu dans les prisons françaises. Sa révolte le mène régulièrement au quartier disciplinaire...
Prix Polar’encontre 2013





La Survie de l’espèce : un essai dessiné incisif, humoristique et pas complètement désespéré alerte de Paul Jorion (2012)
Cet essai mis en images explique en chapitres courts le système capitaliste. Il constitue une vulgarisation des analyses de P. Jorion : il joue des symboles connus de tous pour démontrer pourquoi l’humanité s’organise comme elle le fait, comment l’idéologie en vigueur va vers son extinction naturelle et ce qu’il faudra éviter pour que l’organisation humaine ne la suive.





Le Grand Incident de Zelba (2023)
Paris aujourd’hui. La crise du Covid n’a pas eu lieu. Mais une autre crise, localisée au Louvre et appelée par les initiés "Le grand incident", va imposer une fermeture du musée, inédite depuis la seconde guerre mondiale. Sculptures, peintures, toutes les femmes nues dans les œuvres se dérobent au regard des visiteurs car elles ne supportent plus les réflexions, voire les attouchements, dont elles sont victimes au quotidien...




Et il foula la terre avec liberté de Mathilde Ramadier (2017)
Ethan, jeune ingénieur forage pour une compagnie pétrolière multinationale, reçoit une proposition de poste dans les îles Lofoten, au nord de la Norvège. Un gisement de pétrole y aurait été découvert, et une nouvelle plateforme pourrait y être érigée. Il quitte donc Paris pour le cercle polaire, pour un premier voyage d’acclimatation, afin notamment de rencontrer des géophysiciens déjà sur place. Au contact de la population locale, Ethan va se trouver confronté aux risques que représente un tel projet...



La Boîte noire de Jacques Ferrandez et Tonino Benacquista (2000)
Laurent Aubier est victime d’un accident de voiture. A son réveil il ne se souvient de rien et surtout pas de sa longue nuit de coma où il délire. Ce délire, c’est son accès direct à la boîte noire, celle où tout est inscrit depuis la naissance

Poster un commentaire
- - -

MOTEUR... MUSIQUE... ACTION !

Hans ZIMMER, John WILLIAMS ou encore Alexandre DESPLAT : autant de noms mythiques qui résonnent lorsqu’on parle de musiques de film.
Si Star Wars a atteint le statut de culte grâce au thème original que tout le monde connaît, le raz-de-marée Oppenheimer ou le récemment césarisé Règne Animal ont su marquer jurys et spectateurs par leurs bandes-sons percutantes.

Véritable liant entre l’image et l’écrit, elle est l’élément primordial pour créer des ambiances et susciter des émotions.
Hitchcock disait lui-même de sa relation avec Bernard Herrmann que « l’efficacité de Psychose est due pour moitié à la musique », preuve que derrière les grands films se cache souvent un couple réalisateur-compositeur.

Cette semaine, la médiathèque municipale de Meyzieu revient en images, mais surtout en musique sur quelques films récents ou non sublimés par leurs bandes originales, à (re)découvrir dans nos collections ou sur la plateforme Médiathèque Numérique :

Le Règne Animal
Sorti en 2023, le coup d’essai de Thomas CAILLEY dans le genre du cinéma fantastique s’est transformé en coup de maître, bien servi par les compositions oniriques d’Andrea Laszlo DE SIMONE.
Récompensée aux Césars 2024, la musique originale accompagne parfaitement ce film à mi-chemin entre le road-movie teenager et le body-horror tendance La Mouche de David CRONENBERG.





La Trilogie du Dollar
Comment ne pas citer le couple emblématique en la matière tant leurs collaborations ont laissé un héritage immense au sein du 7ème Art ? Pour une poignée de dollars (1964), Et pour quelques dollars de plus (1965), Le Bon, la Brute et le Truand (1966)… Avec ces trois films redéfinissant les codes du western, le réalisateur Enio Morricone et le compositeur Sergio Leone laissent derrière eux des mariages parfaits entre musique et cinéma.
Ces chefs d’œuvre intemporels inspireront de nombreux réalisateurs, dont Robert RODRIGUEZ, Alejandro JODOROWSKY ou Quentin TARANTINO, qui fera d’ailleurs appel à Ennio Morricone pour écrire la BO du film Les Huit Salopards.


À plein temps
Si À plein temps (Éric GRAVEL, 2021) brille par son rythme haletant et son suspense, il a su aussi faire forte impression grâce à sa bande originale composée par la musicienne et productrice Irène DRESEL.
Autant à l’aise dans l’exercice du DJ-set que dans la production de musique de film, elle accompagne avec brio ce thriller oppressant grâce à une musique qui lui vaudra en 2023 un César amplement mérité.





Whiplash
Découvert avec Whiplash en 2014, Damian CHAZELLE a su donner un nouveau souffle aux films musicaux avec cette illustration d’une relation amour-haine entre un jeune batteur et le jazz, percutée par l’exigence d’un professeur et de sa propre ambition.
En véritable mélomane, il signe sa deuxième collaboration avec son ami Justin HURWITZ avec qui il brillera par la suite sur La La Land et Babylone, deux films où la musique tient de nouveau une grande place.




En corps
La justesse de Cédric KLAPISCH dans le choix de ses musiques n’est plus à prouver. Avec En corps (2022), il pose les bases en ouvrant sur un titre aussi brutal qu’incisif, un choix osé pour évoquer la chute d’une danseuse de ballet mais totalement cohérent lorsqu’elle embrasse la liberté de son art.
Cette musique fougueuse et évocatrice est composée par une moitié de Daft Punk (Thomas BANGALTER).

Poster un commentaire
- - -