Replik - Reactions culturelles en chaine
Bienvenue sur le blog de l’actualité culturelle de la médiathèque de Meyzieu
Médiathèque de Meyzieu Cyberunes Mixmac
Tags Replik
Commentaires des membres de replik

Billets pour « Roman adultes »

vendredi 8 octobre 2021

RETOUR SUR LES BIBLIOTHECAIRES RACONTENT

RETOUR SUR LES BIBLIOTHECAIRES RACONTENT

Vendredi 1er octobre au soir a eu lieu à la médiathèque l’animation les Bibliothécaires racontent ! Initialement prévue en ouverture du week-end des 20 ans de la médiathèque en 2020, cette soirée a été l’occasion de faire découvrir (ou de redécouvrir) 20 ans de coups de cœur littéraires...

Les bibliothécaires se sont succédés pour lire des extraits de romans écrits par des auteurs reçus à la médiathèque tels que Ayerdhal, Anne-Laure Bondoux, Marie-Aude Murail ou Jean-Claude Mourlevat ou bien plébiscités lors du Top 100 des lecteurs (dont vous pouvez retrouver la liste ici) comme Jane Austen, Lewis Carroll ou John Steinbeck.

Si vous n’avez pas eu la chance d’assister à cette représentation, voici la liste des livres dont ont été extraits les textes lus lors de cette soirée !




Et si on redessinait le monde ? de Daniel Picouly
Illustré par Nathalie Novi • Rue du Monde, 2013
La fameuse collection des rêves de Daniel Picouly et Nathalie Novi s’enrichit de nouvelles aspirations pour l’humanité et notre planète. Leurs mots et leurs couleurs effacent le racisme, rapprochent les gens, ne bousculent ni la biodiversité ni le climat… Et toi ? Que vas-tu dessiner pour ce monde qui est déjà le tien ?







Le musée imaginaire de Jane Austen de Fabrice Colin
Illustré par Nathalie Novi • Albin Michel, 2017
Dans le domaine de Pemberley, un musée imaginaire dédié à Jane Austen ouvre pour la première fois ses portes... Les visiteurs, venus de pays et d’époques différentes, se pressent dans la première salle où ils sont accueillis par Elisabeth Bennett, l’héroïne du roman Orgueil et Préjugés. Elle va les guider à travers les pièces du musée, une pour chaque roman : Orgueil et Préjugés, Raison et Sentiments, Mansfield Park, Emma, Northanger Abbey et Persuasion. Les textes courts de Fabrice Colin permettent une immersion sensible dans l’univers littéraire de Jane Austen. Les pages richement illustrées alternent différentes approches de son œuvre : scènes-clés emblématiques des romans (bal, mariage, rencontres), scènes de genre de la société britannique au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, paysages romantiques, galeries de portraits sur fonds tapissés de brocard, compositions allégoriques... Nathalie Novi mixe les techniques - peinture à l’acrylique sur carton, lavis à l’encre, croquis à la plume sur papiers anciens - pour livrer un bel ouvrage atypique.


Orgueil et préjugés de Jane Austen
10-18, 2009
En Angleterre, dans la société provinciale guindée, fière de ses privilèges et de son rang social, Mrs. Bennett, mère de cinq filles, veut à tout prix les marier... Elle n’hésite pas à faire la cour à son nouveau voisin, Mr. Bingley, jeune homme riche qu’elle aurait aimé donner comme époux à sa fille aînée Jane. S’ébauche une idylle entre Jane et Mr. Bingley, qui pourrait bien aboutir à un mariage. Elisabeth, sœur cadette de Jane, se réjouit de cet amour naissant. Mais c’est sans compter le dédain et la méfiance de l’ami intime de Bingley, Mr. Darcy qui, n’appréciant pas les manières de Mrs. Bennett et de ses filles, empêche Bingley de se prononcer. Elisabeth de tempérament fort et franc, consciente de la valeur et du mérite de son milieu, affronte Mr. Darcy...




Le discours de Fabcaro
Gallimard, 2018
C’est le début d’un dîner de famille pendant lequel Adrien, la quarantaine déprimée, attend désespérément une réponse au message qu’il vient d’envoyer à son ex. Entre le gratin dauphinois et les amorces de discours, toutes plus absurdes les unes que les autres, se dessine un itinéraire sentimental touchant et désabusé, digne des meilleures comédies romantiques. Un récit savamment construit où le rire le dispute à l’émotion.







Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll
Illustré par Benjamin Lacombe • Editions†Soleil, 2015
En suivant le Lapin Blanc, Alice plonge dans le Pays des Merveilles. C’est un pays où l’on peut changer de taille, prendre le thé avec des fous, croiser un chat souriant ou une reine de coeur menaçant de couper la tête de tout le monde... Au Pays des Merveilles, tout peut arriver, mais si ce n’était qu’un rêve ?







La Passe-Miroir 1 • Les fiancés de l’hiver de Christelle Dabos
Gallimard jeunesse, 2013
Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du pôle. A quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.







« The Ghost (and the) writer » in Scintillements d’Ayerdhal
Au Diable Vauvert, 2016
Né en 1959 à Lyon, Ayerdhal a prématurément disparu au sommet de son art le 27 octobre 2015. Précurseur, il apparaît comme une comète dans la science-fiction française des années quatre-vingt, avec de somptueux space-operas qui marient génie du récit d’aventure et personnages inoubliables, intelligence bondissante et esprit libertaire. Ses lecteurs ne cesseront plus de le suivre. Au total, une oeuvre fulgurante, vingt-cinq ans de fictions habitées de grandes questions : politique, écologie, racisme, féminisme, genre... Distingué par les prix Tour Eiffel de SF, Polar Michel Lebrun, Rosny aîné, Ozone, Bob Morane et, à titre posthume, du roman Gay, Ayerdhal a été lauréat à deux reprises du prix de l’Imaginaire et a reçu le prix Cyrano pour l’ensemble de son œuvre.





Des souris et des hommes de John Steinbeck
Gallimard, 2015
Dans les années 1930, deux journaliers sillonnent la Californie afin de trouver du travail dans un ranch. George chaperonne son ami d’enfance, Lennie, qui est mentalement attardé et ne maîtrise pas sa force.










Maman d’Hélène Delforge
Illustré par Quentin Gréban • Mijade, 2018
Maman. Un des premiers mots du monde. Un nom unique, porté par des milliards de femmes. Un mot pour dire l’amour, la tendresse, parfois le manque. Il y a autant de mamans qu’il y a d’enfants. Pourtant, lorsqu’une femme serre son bébé dans ses bras, elle ressemble à toutes les mamans du monde.







Amoureux d’Hélène Delforge
Illustré par Quentin Gréban • Mijade, 2020
Amoureux. Un état, une chance, une surprise, un sentiment, une sensation, une émotion. L’amour se vit, l’amour se dit, l’amour se raconte, l’amour se partage, l’amour commence, l’amour se ternit, l’amour finit... parfois. Mais pas toujours. L’amour unique, l’amour éternel, l’amour une seconde fois, l’amour et la famille, l’amour et la maladie. L’amour, thème éternel.







« Le commando Mazurka » in Le Regard des princes à minuit
d’Erik L’Homme • Gallimard jeunesse, 2014
Sept nouvelles inspirées des romans chevaleresques. A travers ces récits d’épreuves initiatiques, l’auteur cherche à transmettre ses valeurs et invite à se révolter contre le monde moderne.









Viviane Elisabeth Fauville de Julia Deck
Éditions de Minuit, 2012
Vous êtes Viviane Elisabeth Fauville. Vous avez quarante-deux ans, une enfant, un mari, mais il vient de vous quitter. Et puis hier, vous avez tué votre psychanalyste. Vous auriez sans doute mieux fait de vous abstenir. Heureusement, je suis là pour reprendre la situation en main.









Les larmes de l’assassind’Anne-Laure Bondoux
Bayard Jeunesse, 2003
L’homme et la femme Poloverdo avaient un enfant qui poussait comme le reste sur cette terre, c’est-à-dire pas très bien. Il passait ses journées à courir après les serpents. Il avait de la terre sous les ongles, les oreilles décollées à force d’être rabattues par les rafales de vent, et s’appelait Paolo. Paolo Poloverdo. C’est lui qui vit venir l’homme, là-bas, sur le chemin, par un jour chaud de janvier. Cette fois-là, ce n’était ni un géologue, ni un marchand de voyages, et encore moins un poète. C’était Angel Allegria. Un truand, un escroc, un assassin.






« L’amour caramel » in Parle-moi d’amour de Christian Grenier
Rageot, 2004
Le premier amour n’a pas d’âge... Il peut frapper un petit garçon, nourrir des espoirs les plus fous d’une jeune fille timide, embraser les sens d’un adolescent ou adoucir les jours d’une vieille dame. Il vous touche au hasard d’une cour de lycée, d’un champ de tournesols ou des rues du vieux Cracovie, sur un lit d’hôpital ou dans un bar karaoké en Corse. Il est suave ou fort, calme ou brûlant, se déguste comme une friandise ou se dévore tel un fruit défendu. Il s’écrit, il se crie, il se chante et on a envie de murmurer à quelqu’un, comme si c’était la première fois : " Parle-moi d’amour ".







Changer l’eau des fleurs de Valérie Perrin
Albin Michel, 2018
Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habitués viennent se réchauffer dans sa loge où rires et larmes se mélangent au café qu’elle leur offre. Son quotidien est rythmé par leurs confidences. Un jour, parce qu’un homme et une femme ont décidé de reposer ensemble dans son carré de terre, tout bascule. Des liens qui unissent vivants et morts sont exhumés, et certaines âmes que l’on croyait noires, se révèlent lumineuses.







Maïté Coiffure de Marie-Aude Murail
L’école des loisirs, 2004
Louis est fils de chirurgien. Mais, il n’aime pas l’école et se sent bon à rien. Jusqu’au jour où, en classe de troisième, il fait un stage chez Maïté coiffure. Dans le salon, Louis se découvre ponctuel, travailleur, entreprenant, doué ! Il décide alors que ce stage durera plus d’une semaine, même si son père s’y oppose et pense que la coiffure, c’est pour les ratés et les analphabètes.







La danse interdite de Rachel Hausfater
Editions Thierry Magnier, 2006
Perla et Wladek s’aiment. Tous les deux sont polonais, mais elle est juive, pas lui. On les sépare. Perla est envoyée aux États-Unis. Elle retourne en Pologne, au moment où les Allemands envahissent le pays....









Et je danse, aussi de Jean-Claude Mourlevat
Fleuve éditions, 2015
La vie nous rattrape souvent au moment où l’on s’y attend le moins. Pour Pierre-Marie, romancier à succès (mais qui n’écrit plus), la surprise arrive par la poste, sous la forme d’un mystérieux paquet expédié par une lectrice. Mais pas n’importe quelle lectrice ! Adeline Parmelan, « grande, grosse, brune », pourrait bien être son cauchemar... Au lieu de quoi, ils deviennent peu à peu indispensables l’un à l’autre. Jusqu’au moment où le paquet révèlera son contenu, et ses secrets...






Heure bleue d’Isabelle Simler
Editions Courtes et longues, 2015
Le jour s’éloigne... La nuit vient. Entre les deux, c’est l’heure bleue. Isabelle Simler donne à ces pages la beauté d’une symphonie en bleus. Ceux du ciel, du vent, des feuillages, des plumes, des fourrures... Un instantané qui réussit à capter un moment fugace et évanescent : la rencontre du jour et de la nuit. Un imagier pour célébrer tous les bleus de la nature, leurs variétés et leur puissance. Magistral.







Bonne lecture !

Poster un commentaire
- - -

vendredi 30 juillet 2021

LECTURES ESTIVALES ITALIENNES

LECTURES ESTIVALES ITALIENNES

Naples, Venise, Les Abruzzes... L’Italie est une invitation au voyage littéraire ! La médiathèque de Meyzieu vous propose de vous évader et de découvrir la littérature italienne contemporaine.

Faites escale dans les différentes régions de l’Italie.






Naples

Le train des enfants de Viola Ardone

Naples, 1946. Amerigo quitte son quartier pour monter dans un train. Avec des milliers d’autres enfants du Sud, il traversera toute la péninsule et passera quelques mois dans une famille du Nord : une initiative du parti communiste vouée à arracher les plus jeunes à la misère après le dernier conflit mondial.
Loin de ses repères, de sa mère Antonietta et des ruelles de Naples, Amerigo découvre une autre vie. Déchiré entre l’amour maternel et sa famille d’adoption, quel chemin choisira-t-il ?

Version numérique



La vie mensongère des adultes d’Elena Ferrante

"Deux ans avant qu’il ne quitte la maison, mon père dit à ma mère que j’étais très laide." Giovanna, fille unique d’un couple de professeurs, vit une enfance heureuse dans les hauteurs de Naples. L’année de ses douze ans, elle surprend une conversation dans laquelle son père la compare à Vittoria, une tante à la réputation maléfique. Bouleversée par ce rapprochement aussi dévalorisant qu’inattendu, Giovanna va chercher à en savoir plus sur cette femme. En fouillant l’appartement, elle déniche de rares photos de jeunesse sur lesquelles son père se tient aux côtés d’une personne mystérieusement recouverte de feutre noir. Elle décide alors d’aller à la rencontre de cette Zia Vittoria habitant les quartiers pauvres de Naples. Dans cette partie de la ville qui lui était inconnue, l’adolescente découvre un autre univers social, une façon d’être plus spontanée. Incitée par sa tante à ouvrir les yeux sur les mensonges et les hypocrisies qui régissent la vie de ses parents, elle voit bientôt tout le vernis du monde des adultes se craqueler. Entre grandes espérances et cuisantes désillusions, Giovanna cherche sa voie en explorant les deux visages de la ville, comme deux aspects de son identité qu’elle tente de concilier.

Version numérique

Venise

Les enfants de Venise de Luca Di Fulvio

1515, Venise. « Quand Mercurio s’était jeté dans le canal, Giuditta avait eu la tentation de le retenir. Ou de s’y jeter avec lui. Elle ne voulait pas renoncer à la sensation de sa main dans la sienne. Elle ne voulait pas renoncer à lui. Déjà, les nuits précédentes, dans le chariot, elle avait senti une forte attraction pour les yeux de cet étrange garçon. Qui était-il ? Il n’était pas prêtre, il le lui avait avoué. Quels mots avait-il dits en sautant du bateau ? Elle se souvenait à peine. Sa tête se faisait légère. “Je te retrouverai”, voilà ce qu’il avait dit. »

La misère radieuse d’une bande d’enfants perdus, la fille secrète d’un médecin sans diplômes, la découverte de l’amour, l’or, le sang, la boue, l’honneur…pour son nouveau roman, Luca Di Fulvio vous emporte à Venise.

Version numérique

Les Abruzzes

La revenue de Donatella Di Pietrantonio

" Je n’ai pas prononcé son nom pendant des années. Tout ce temps-là le mot maman est resté tapi au fond de ma gorge, comme une couleuvre qui refuse de sortir... J’étais la Revenue. Je m’exprimais dans une autre langue et j’ignorais à qui me rattacher. "

À treize ans, la narratrice apprend brutalement qu’elle n’est pas la fille de ceux qui l’ont élevée. Enfant unique, choyée, étés à la plage et cours de danse, elle doit quitter la ville où elle a grandi pour être rendue à sa famille biologique : dans son nouveau foyer, au village, il lui faut désormais partager une chambre et de bien maigres repas avec une sœur et quatre frères. Pauvreté, violence, usages, dialecte : tout, ici, lui est incompréhensible. " Orpheline de deux mères vivantes ", elle ne sait plus qui elle est. Car, finalement, de qui est-on l’enfant ? Pourquoi ses parents adoptifs l’ont-ils abandonnée ? Et l’amour fraternel de Vincenzo, l’aîné, et d’Adriana, la cadette, sera-t-il assez fort pour dissiper les doutes et la détresse qui l’assaillent ?

Version numérique

Les Pouilles

Dévorer le ciel de Paolo Giordano

Chaque été, Teresa passe ses vacances chez sa grand-mère, dans les Pouilles. Une nuit, elle voit par la fenêtre de sa chambre trois garçons se baigner nus dans la piscine de la villa. Ils s’appellent Nicola, Bern et Tommaso, ce sont " ceux de la ferme " d’à côté, jeunes, purs et vibrants de désirs. Teresa l’ignore encore, mais cette rencontre va faire basculer sa vie en l’unissant à ces trois " frères " pour les vingt années à venir, entre amours et rivalités, aspirations et désillusions. Fascinée par Bern, personnage emblématique et tourmenté, viscéralement attaché à la terre somptueuse où il a grandi, elle n’hésitera pas, malgré l’opposition de sa famille, à épouser ses idéaux au sein d’une communauté fondée sur le respect de la nature et le refus du monde matérialiste, à l’image de la génération des années 90, tiraillée entre le besoin de transgression et le désir d’appartenance, mais entièrement tendue vers l’avenir, avide de tout, y compris du ciel.

Version numérique

La Sicile

Borgo Vecchio de Giosuè Calaciura

Mimmo et Cristofaro sont amis à la vie à la mort, camarades de classe et complices d’école buissonnière. Cristofaro qui, chaque soir, pleure la bière de son père. Mimmo qui aime Celeste, captive du balcon quand Carmela, sa mère, s’agenouille sur le lit pour prier la Vierge tandis que les hommes du quartier se plient au-dessus d’elle. Tous rêvent d’avoir pour père Totò le pickpocket, coureur insaisissable et héros du Borgo Vecchio, qui, s’il détrousse sans vergogne les dames du centre-ville, garde son pistolet dans sa chaussette pour résister plus aisément à la tentation de s’en servir. Un pistolet que Mimmo voudrait bien utiliser contre le père de Cristofaro, pour sauver son ami d’une mort certaine.

L’intrigue est semblable à celle d’un livret d’opéra : violence et beauté, bien et mal se mêlent pour nous tenir en haleine jusqu’au grand final.

Version numérique

La Sardaigne

Terres promises de Milena Agus

La terre promise, tout le monde la cherche. Pour Raffaele, de retour en Sardaigne juste après la guerre, elle se situe sur le Continent. Mais une fois là-bas, Ester, sa jeune épouse, a le mal du pays, elle qui était pourtant si pressée d’en partir... Alors la famille y retourne. Leur fille, Felicita, s’adapte aux humeurs locales et s’initie avec la même conviction au communisme et au sexe. De ses amours naîtra un drôle de petit bonhomme, Gregorio. Au fil des ans et des rencontres, ils avanceront dans leurs vies imparfaites, croisant la route d’autres êtres en quête de bonheur. Pour tous, Felicita est l’indispensable pivot. Car à ses yeux les gentils ne sont pas des perdants et la terre promise est au coin de la rue. Une saga familiale décalée.

Version numérique

Comment obtenir ces livres ?

Les livres en version numérique sont téléchargeables via le service à distance Bibliothèque numérique Numilog.
Les livres en version papier seront disponibles dès la réouverture de la médiathèque de Meyzieu, le 31 août.

RETOUR SUR DES LECTURES ESTIVALES A L’HEURE ANGLAISE

Poster un commentaire
- - -

lundi 21 juin 2021

PRIX DU LIVRE INTER 2021

PRIX DU LIVRE INTER 2021

Le lauréat du 47ème prix du Livre Inter a été proclamé lundi 7 juin 2021.

L’heureux élu est Hugo Lindenberg pour Un jour ce sera vide, son premier roman.



Un jour ce sera vide, Hugo Lindenberg

C’est un été en Normandie. Le narrateur est encore dans cet état de l’enfance où tout se vit intensément, où l’on ne sait pas très bien qui l’on est, où une invasion de fourmis équivaut à la déclaration d’une guerre qu’il faudra mener de toutes ses forces.
Un jour, il rencontre un autre garçon sur la plage, Baptiste. Se noue entre eux une amitié d’autant plus forte qu’elle se fonde sur un déséquilibre : Baptiste a des parents parfaits, habite dans une maison parfaite. Sa famille est l’image d’un bonheur que le narrateur cherche partout, mais qui se refuse à lui. Flanqué d’une grand-mère à l’accent prononcé, et d’une tante « monstrueuse », notre narrateur rêve, imagine, se raconte des histoires, tente de surpasser la honte sociale et familiale qui le saisit face à son nouvel ami. Il entre dans une zone trouble où le sentiment d’appartenance est ambigu : vers où va, finalement, sa loyauté ?
Un très beau récit sur l’enfance qui nous touche en plein cœur.
Voir la notice complète du catalogue
Ce premier roman avait aussi été sélectionné pour le prix Summer 2021

Retrouvez l’interview d’Hugo Lindenberg sur les ondes de France Inter

Les autres titres de la sélection

Si vous êtes inscrit à la médiathèque de Meyzieu, n’hésitez pas à les emprunter ou à les réserver !

Buveurs de vent de Franck Bouysse

Ils sont quatre, nés au Gour Noir, cette vallée coupée du monde, perdue au milieu des montagnes. Ils sont quatre, frères et sœur, soudés par un indéfectible lien. Marc d’abord, qui ne cesse de lire en cachette. Matthieu, qui entend penser les arbres. Puis Mabel, à la beauté sauvage. Et Luc, l’enfant tragique, qui sait parler aux grenouilles, aux cerfs et aux oiseaux, et caresse le rêve d’être un jour l’un des leurs. Tous travaillent, comme leur père, leur grand-père avant eux et la ville entière, pour le propriétaire de la centrale, des carrières et du barrage, Joyce le tyran, l’animal à sang froid...
Dans une langue somptueuse et magnétique, Franck Bouysse, l’auteur de Né d’aucune femme, nous emporte au cœur de la légende du Gour Noir, et signe un roman aux allures de parabole sur la puissance de la nature et la promesse de l’insoumission.
Voir la notice complète du catalogue

Héritages de Miguel Bonnefoy

Une prodigieuse saga familiale, pleine de magie et de passion, qui confirme le talent de Miguel Bonnefoy pour mêler les trajectoires intimes à la grande histoire. Des coteaux du Jura jusqu’aux geôles de Pinochet, des tranchées de la Somme jusqu’au ciel britannique déchiré par les Messerschmitt, la famille Lonsonier a traversé le XXe siècle avec fougue, et y a laissé quelques plumes... Mais de Lazare le poilu chilien et de sa dulcinée Thérèse amoureuse des êtres ailés, de Margot l’aviatrice intrépide et d’Ilario Da son fils révolté, on retient surtout l’incoercible force de vie. Ces drôles d’oiseaux migrateurs, pris tour à tour dans l’œil du cyclone, ne cessent de voler vers leur destin, d’un côté à l’autre de l’Atlantique, avec pour tout viatique la légende mystérieuse d’un oncle disparu...
Voir la notice complète du catalogue

Saturne de Sarah Chiche

Automne 1977 : Harry, trente-quatre ans, meurt dans des circonstances tragiques, laissant derrière lui sa fille de quinze mois. Avril 2019 : celle-ci rencontre une femme qui a connu Harry enfant, pendant la guerre d’Algérie. Se déploie alors le roman de ce père amoureux des étoiles, issu d’une grande lignée de médecins. Exilés d’Algérie au moment de l’indépendance, ils rebâtissent un empire médical en France. Mais les prémices du désastre se nichent au cœur même de la gloire. Harry croise la route d’une femme à la beauté incendiaire. Leur passion fera voler en éclats les reliques d’un royaume où l’argent coule à flots.
Voir la notice complète du catalogue



La vengeance m’appartient de Marie Ndiaye

Me Susane, quarante-deux ans, avocate récemment installée à Bordeaux, reçoit la visite de Gilles Principaux. Elle croit reconnaître en cet homme celui qu’elle a rencontré quand elle avait dix ans, et lui quatorze — mais elle a tout oublié de ce qui s’est réellement passé ce jour-là dans la chambre du jeune garçon. Seule demeure l’évidence éblouissante d’une passion. Or Gilles Principaux vient voir Me Susane pour qu’elle prenne la défense de sa femme Marlyne, qui a commis un crime atroce... Qui est, en vérité, Gilles Principaux ?
Voir la notice complète du catalogue
Version numérique



Comédies françaises d’Eric Reinhardt

Fasciné par les arcanes du réel, Dimitri, jeune reporter de vingt-sept ans, mène sa vie comme ses missions : en permanence à la recherche de rencontres et d’instants qu’il voudrait décisifs. Un jour, il se lance dans une enquête sur la naissance d’Internet, intrigué qu’un ingénieur français, inventeur du système de transmission de données qui est à la base de la révolution numérique, ait été brusquement interrompu dans ses recherches par les pouvoirs publics en 1974. Les investigations de Dimitri l’orientent rapidement vers un puissant industriel dont le brillant et sarcastique portrait qu’il en fait met au jour une « certaine France » et le pouvoir des lobbies.
Voir la notice complète du catalogue



Le Pont de Bezons de Jean Rolin

« Heureux qui a vu le jour se lever sur le pont de Bezons ». C’est la première phrase de ce roman dont le projet consiste « à mener sur les berges de la Seine, entre Melun et Mantes des reconnaissances aléatoires, au fil des saisons, dans un désordre voulu ». Mais très rapidement ces déambulations prennent des allures de petite odyssée sur les berges du fleuve, au cœur de banlieues bousculées, parcourant des espaces fracassés, des friches et des zones industrielles. Traversée du monde d’à côté, celui que nous ne voyons plus depuis des décennies. De micro-événements prennent une tournure fatale et romanesque, comme la fermeture d’un Mc Donald’s à Bezons ou des parties de pêche organisées par des Roms. On y croise des réfugiés tibétains sur une péniche à Conflans, un café kurde révolutionnaire à Corbeil, un restaurant brésilien, des mosquées salafistes à Saint-Denis, une base assez confidentielle de la marine nationale... C’est le roman discret d’un monde bouleversant de solitude, d’oublis, de ruines et de décomposition. Au cœur de ce parcours, il y a aussi les retrouvailles avec une vieille cousine et la maison de Carrières-sous-bois qui cache un secret de famille que le narrateur révèle pour la première fois : le fantôme de l’oncle Joseph. Mais le chaos de ce monde périphérique, sous le regard aigu du narrateur, cache lui aussi un mystère : la présence de toute une vie sauvage et animale nichée souvent dans d’improbables lieux. Oiseaux rares, cygnes sauvages, poissons...
Voir la notice complète du catalogue

L’ Ami de Tiffany Tavernier

C’est un samedi matin comme un autre, dans la maison isolée où Thierry, le narrateur, s’est installé des années auparavant. Il y vit avec sa femme Élisabeth, encore endormie ; leur fils habite loin désormais. Leur voisin Guy est rentré tard, sans doute a-t-il comme souvent roulé sans but avec sa fourgonnette. Thierry s’apprête à partir à la rivière, quand il entend des bruits de moteur. La scène qu’il découvre en sortant est proprement impensable : cinq ou six voitures de police, une ambulance, des hommes casqués et vêtus de gilets pare-balles surgissant de la forêt. Un capitaine de gendarmerie lui demande de se coucher à terre le temps de l’intervention. Tout va très vite, à peine l’officier montre-t-il sa stupeur lorsque Thierry s’inquiète pour Guy et Chantal, ses amis. Thierry et Élisabeth, qui l’a rejoint, se perdent en conjectures. En état de choc, ils apprennent l’arrestation de ces voisins si serviables, les seuls à la ronde, avec qui ils ont partagé tant de bons moments.
Voir la notice complète du catalogue

Là où nous dansions de Judith Perrignon

Detroit : le vacarme des usines, le son Motown sur lequel on chaloupe, les chœurs d’une communauté que l’on sacrifie sur l’autel du capitalisme... C’est aux bruits de cette ville que Judith Perrignon offre un écho dans ce roman choral fort et bouleversant. A travers son histoire, c’est celle de l’Amérique de la deuxième moitié du XXe siècle qu’elle raconte. Le témoin de cette aventure est un complexe immobilier : le Brewsters Project. Inauguré par Eleanor Roosevelt dans les années 1950, il met le confort moderne à la portée des plus vulnérables et concentre tous les espoirs de réconciliation sociale et raciale. Déserté par les étoiles de la Motown, en 2013, il est le théâtre d’un effroyable assassinat : celui d’un jeune graffeur français, mis à mort pour quelques dollars. Comment expliquer cette déchéance ? La vie peut-elle renaître au cœur du chaos.
Voir la notice complète du catalogue

Thésée, sa vie nouvelle de Camille de Toledo

En 2012, Thésée quitte "la ville de l’Ouest" et part vers une vie nouvelle pour fuir le souvenir des siens. Il emporte trois cartons d’archives, laisse tout en vrac et s’embarque dans le dernier train de nuit vers l’Est avec ses enfants. Il va, croit-il, vers la lumière, vers une réinvention. Mais très vite, le passé le rattrape. Thésée s’obstine. Il refuse, en moderne, l’enquête à laquelle son corps le contraint, jusqu’à finalement rouvrir "les fenêtres du temps"...








Sophie

Poster un commentaire
- - -

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 22 |