Replik - Reactions culturelles en chaine
Bienvenue sur le blog de l’actualité culturelle de la médiathèque de Meyzieu
Médiathèque de Meyzieu Mixmac
Tags Replik
Commentaires des membres de replik

Billets pour « Littérature jeunesse »

mardi 27 avril 2021

JEAN-CLAUDE MOURLEVAT, "NOBEL DE LITTÉRATURE ENFANTINE"

JEAN-CLAUDE MOURLEVAT, "NOBEL DE LITTÉRATURE ENFANTINE"

Le 30 mars dernier, l’auteur français Jean-Claude Moulevat a été récompensé du prestigieux prix suédois Alma 2021 - Astrid Lindgren Memorial Award, la plus importante récompense internationale pour la littérature jeunesse.

Je suis particulièrement ravie de cette annonce car Jean-Claude Mourlevat est, pour moi, un grand Monsieur, un Grand Magicien du Verbe, un Monstre sacré de la littérature jeunesse française et au-delà !

Auteur d’une trentaine d’ouvrages depuis la parution de son premier en 1997, l’écrivain de 69 ans est notamment connu pour L’Enfant océan (Pocket jeunesse, 1999), La rivière à l’envers (Pocket jeunesse, 2000), Le Combat d’hiver (Gallimard jeunesse, 2006), Le Chagrin du roi mort (Gallimard jeunesse, 2009) ou plus récemment Jefferson (Gallimard, 2018).

Sa Biographie

Né en 1952 à Ambert en Auvergne de parents agriculteurs, il est le cinquième enfant d’une fratrie de six (trois frères et deux sœurs).

Après des études à Strasbourg, Toulouse, Bonn et Paris, il exerce le métier de professeur d’allemand en collège pendant cinq ans avant de devenir comédien de théâtre. Il est notamment l’auteur et l’interprète du clown muet nommé Guedoulde, dans un spectacle joué plus de mille fois en France et un peu partout dans le monde. Jean-Claude Mourlevat met en scène de nombreuses pièces de Brecht, Cocteau, Shakespeare…

En 1997, il publie son premier ouvrage, à destination des enfants. Depuis, les livres se sont succédé avec bonheur, plébiscités par les lecteurs, la critique et les prix littéraires.

Pour la jeunesse, il est l’auteur entre autres de La Rivière à l’envers, L’Enfant Océan, La Balafre, Le Combat d’hiver, Le Chagrin du roi mort, Terrienne, romans dont plusieurs sont couronnés de prix littéraires tels que le prix des Incorruptibles ou le prix Sorcières, qu’il a obtenu plusieurs fois. Il est traduit dans plus de 25 langues.

Il a aussi publié des romans pour les adultes, Et je danse aussi et Mes amis devenus, qui ont aussi rencontré un grand succès.

Jean-Claude Mourlevat à Meyzieu !

Jean-Claude Mourlevat figure parmi les auteurs jeunesse les plus récompensés. Vous avez peut-être eu la chance de le rencontrer à la médiathèque de Meyzieu lors de l’édition du festival Les Oniriques 2019.

La cérémonie d’ouverture officielle de la quatrième édition du festival Les Oniriques avait été introduite par des extraits de l’opéra La Rivière à l’envers, sous le regard bienveillant de l’écrivain. En effet, les élèves de CM1-CM2 de l’école René Cassin, dans le cadre du projet Voix-ci Voix-là du Conservatoire de musique et d’art dramatique de Meyzieu avaient travaillé sur la mise en voix de cette œuvre. Je me souviens particulièrement de l’émotion et de la satisfaction de l’auteur devant ce beau travail. Quelle belle soirée ce fut pour tous ! Et les plus chanceux d’entre vous ont peut-être pu le rencontrer et échanger avec lui sur tous ses tendres héros de papier : Tomek, Hannah, Jefferson...

Quelques mots sur le Prix Alma

Créé par le gouvernement suédois à la mort de la romancière suédoise en 2002, le Astrid Lindgren memorial award (Alma) récompense des auteurs de littérature d’enfance et de jeunesse, des illustrateurs ou encore des institutions de littérature jeunesse. Il est doté de 5 millions de couronnes suédoises (490 000 €), une des plus importantes indemnités littéraires hors prix Nobel.

Jean-Claude Mourlevat est le premier français à remporter le prix Astrid Lindgren ! Cette célèbre récompense que d’aucuns surnomment le « Nobel de littérature enfantine » couronne son œuvre entamée à la fin des années 1990. Le jury suédois a tenu à célébrer la plume de l’auteur qui « revisite brillamment la tradition du conte de fées en s’ouvrant à la fois à la beauté et à l’adversité. L’espace et le temps sont suspendus dans ses mondes fictifs, et sa prose, précise et onirique, capte les thèmes éternels de l’amour et du désir, de la vulnérabilité et de la guerre ».

Bibliographie sélective

La Rivière à l’envers
La Forêt de l’Oubli, le village des Parfumeurs, l’Île Inexistante... C’est un voyage fabuleux qui va entraîner Tomek et Hannah, deux jeunes orphelins, jusqu’au bout du monde. Trouveront-ils cette rivière qui coule à l’envers et dont l’eau empêche de mourir ? Ou bien autre chose qu’ils ne cherchaient pas ?
1. Tomek, Pocket Jeunesse, 2000
2. Hannah, Pocket Jeunesse, 2001




Le Combat d’Hiver
Quatre adolescents, évadés de leur orphelinat prison, reprennent la lutte perdue par leurs parents quinze ans plus tôt. Leur combat, hymne grandiose au courage et à la liberté, semble désespéré. Et pourtant...
Gallimard jeunesse, 2006






Le Chagrin du roi mort
Aleks et Brisco, deux frères inséparables, vivent heureux au royaume glacé de Petite Terre. Mais lorsque le vieux roi meurt, la paix de l’île se trouve menacée. Brisco est brutalement enlevé et l’ambitieux Guerolf prend le pouvoir. Les années passent, les deux frères, devenus hommes, sont jetés dans une terrible guerre de conquête sur le Continent. Une bouleversante histoire de fraternité, d’amour et de trahison.
Gallimard jeunesse, 2009




Le Garçon qui volait
Le destin de Tillmann Ostergrimm, quinze ans, bascule un jour de Carnaval : soudain, il s’élève dans les airs... Cet extravagant pouvoir va causer son malheur ; le voilà bientôt kidnappé et contraint de se produire chaque soir dans le cirque de l’ignoble Draken. Avec ses amis Lucia, la plus petite femme du monde, le colosse Mangetout et Dimitri, le calculateur prodige, Tillmann a bien l’intention de s’évader.
Gallimard jeunesse, 2012




Terrienne
Tout commence sur une route de campagne... Après avoir reçu un message de sa sœur, disparue depuis un an, Anne se lance à sa recherche et passe de « l’autre côté ». Elle se retrouve dans un monde parallèle, un ailleurs dépourvu d’humanité, mais où elle rencontrera cependant des alliés inoubliables. La dystopie selon Jean-Claude Mourlevat. Vous ne respirerez plus jamais de la même manière.
Gallimard jeunesse, 2013




Les Trois caramels capitaux
Il a mené une belle vie, simple et honnête, sans tâche. Aussi lorsqu’il meurt, la première fois, il est sûr d’avoir gagné son paradis. Oui, mais Saint-Pierre n’est pas de cet avis : il n’a pas oublié les trois caramels mous volés à l’âge de sept ans et demi...
Thierry Magnier, 2015






Jefferson
Une histoire qui ne manque pas de piquant. En ce radieux matin d’automne, le hérisson Jefferson décide d’aller chez son coiffeur se faire rafraîchir la houppette. Comment pourrait-il imaginer, alors qu’il arrive plein d’entrain au salon Défini-Tif, que sa vie est sur le point de basculer ? Accusé d’un meurtre qu’il n’a pas commis, le brave Jefferson, 72 cm de frousse et de courage, est jeté dans une aventure qui le mènera, pour le meilleur et pour le pire, au pays des êtres humains. Dans un polar haletant, parfois féroce, mais où dominent la tendresse, l’amitié et le bonheur de vivre, Jean-Claude Mourlevat aborde de façon inédite la question de notre rapport aux animaux.
Prix Jeunesse Quais du Polar 2019
Prix des incorruptibles 2020
Gallimard jeunesse, 2018




Et je danse aussi
Coécrit avec Anne Laure Bondoux
Pierre-Marie est un écrivain en panne d’inspiration. Adeline est une fervente lectrice qui a beaucoup de choses à lui dire. Leur rencontre par mots interposés va changer leur vie et les révéler à eux-mêmes.
Retiré dans la Drome et esseulé depuis le départ inexpliqué de son épouse, Pierre-Marie reçoit un jour une épaisse enveloppe contenant un manuscrit envoyé par l’une de ses lectrices, Adeline. Sans ouvrir le pli, il lui répond. Une correspondance s’engage, en cette année 2013, qui durera huit mois, de février à octobre. Au fil de leurs échanges, un lien intime s’établit. Ils composent librement, avec leur réalité, leur personnalité, leurs zones d’ombre. Ils s’inventent une vie. Car la leur s’est arrêtée quelques années plus tôt. Pierre-Marie et Adeline ont en effet une histoire en commun, mais qui ne leur appartient pas, et dont Pierre-Marie ne sait rien encore. Le mystère reste prisonnier de l’enveloppe expédiée par Adeline. Plus les lettres se précisent, plus elles effleurent la vérité qui dort dans ces pages... et des personnages depuis longtemps oubliés reprennent vie et entrent dans la danse.
Pocket, 2016

Bonus !

Une vidéo de Jean-Claude Mourlevat qui répond à la question : quel est le livre qui a changé votre vie ?

Une interview de Jean-Claude Mourlevat et Anne-Laure Bondoux pour le livre Et je danse aussi

Bonne lecture !

Irène

  • Voir en ligne : Le site Internet de Jean-Claude Mourlevat
  • Poster un commentaire
    - - -

    mardi 30 mars 2021

    COUP DE COEUR - ET SI ON SE PARLAIT ?

    COUP DE COEUR - ET SI ON SE PARLAIT ?

    Je vous invite à découvrir ces trois petits livres d’Andréa Bescond, illustré par Mathieu Tucker aux éditions Harper Collins.

    Il n’est pas toujours facile d’aborder certains sujets avec les enfants, heureusement les livres sont là ! Et c’est avec beaucoup de finesse qu’ Andréa Bescond évoque, dans ces trois ouvrages, tant les droits de l’enfant que le respect de son intimité et de son intégrité corporelle, les violences familiales, la dépendance aux écrans, le harcèlement, le racisme, le corps et ses transformations, le consentement, la pédocriminalité, la pornographie, l’homophobie…



    S’adaptant à chaque tranche d’âge (3/6 ans, 7/10 ans et 11 ans et +), elle informe les enfants avec tendresse et humour, tout comme elle aide les adultes à aborder ces sujets essentiels avec eux.

    Ces petits ouvrages permettent de prévenir la violence sous toutes ses formes. Ils permettent de libérer la parole des enfants vis à vis des adultes qui les entourent. Les illustrations de Mathieu Tucker sont empreintes d’humour et de poésie, ce qui permet de prendre du recul et amène de la légèreté au sujet.


    L’auteure

    En 2014, Andréa Bescond a écrit un spectacle inspiré de son enfance, Les Chatouilles ou La Danse de la colère, l’histoire d’une petite fille qui subit des violences sexuelles. Le succès et l’intérêt pour ce travail lui a donné « l’envie d’écrire un ouvrage ludique et joyeux qui ouvrirait le dialogue entre les petits et les grands ».

    Depuis qu’elle est sortie du silence lié à ce traumatisme, elle a à cœur de faire entendre la voix des plus vulnérables et de lutter contre les violences faites aux enfants.

    « Et si on se parlait ? » est la première série de livres qu’elle leur adresse directement.

    L’illustrateur

    Né en Angleterre, Mathieu Tucker arrive en France à l’âge de 4 ans avec, déjà, la passion du dessin au bout du crayon.

    Après un diplôme aux Arts décoratifs de Paris, il se lance comme illustrateur-graphiste et consacre une grande partie de son temps à la création d’albums jeunesse.

    Irène

    Poster un commentaire
    - - -

    lundi 15 mars 2021

    LE PRINTEMPS DES POETES : ZOOM SUR LES ÉDITIONS RUE DE MONDE

    LE PRINTEMPS DES POETES : ZOOM SUR LES ÉDITIONS RUE DE MONDE

    A l’occasion de l’évènement national Le Printemps des Poètes, j’avais envie de vous parler de Rue du Monde, une petite maison d’édition jeunesse indépendante, qui publie des livres « pour s’interroger et imaginer le monde ». Et effectivement, chez Rue du Monde, les livres qui amènent à la réflexion ne manquent pas !
    J’aime leur choix éditorial, j’aime leur valeur, j’aime leur engagement, j’aime leurs auteurs... mais par dessus tout j’aime leur poésie ! bref, je vous explique tout !

    Tout a commencé fin 1996, lorsque Alain Serres, auteur jeunesse d’une cinquantaine d’ouvrages, décide de créer une maison d’édition indépendante. Il décide alors de publier des œuvres audacieuses et ambitieuses qui aident les enfants à s’interroger sur le monde qui les entoure. A ce moment là, l’édition française était en crise et la plupart des maisons ne pouvaient entretenir de tels projets. Alain Serres a lancé le pari !
    « Je rêvais d’un espace éditorial indépendant, peuplé des livres qui correspondaient à la vision que j’avais de l’enfant : une personne que l’on devrait beaucoup plus considérer comme un être social à part entière. Une personne en construction (comme d’ailleurs le sont aussi les adultes) avec laquelle on peut partager la complexité de nos vies, partager le pouvoir d’imaginer, de créer, de percevoir poétiquement les réalités du monde ».
    Malgré un budget limité, il publie Le grand livre des droits de l’enfant, premier né des éditions qui a été, et qui est encore aujourd’hui, un grand succès. Les œuvres qui suivent reçoivent également un très bon accueil et la petite maison doit alors s’agrandir. Plusieurs auteurs et illustrateurs viennent soutenir Rue du monde et rejoignent les grands noms déjà présents au catalogue : Pef, Michel Piquemal, Zau, Nathalie Novi…
    Rue du monde s’impose alors comme une édition d’envergure dans le secteur éditorial de la jeunesse.
    Mais Rue du Monde, c’est surtout des prises de positions et un engagement solidaire. La maison d’édition soutient par exemple l’action en faveur du prêt gratuit en bibliothèque. Elle participe aussi à l’opération « L’été des bouquins solidaires » en partenariat avec le Secours populaire français, qui offre des livres aux enfants qui ne peuvent pas partir en vacances. Sa politique éditoriale défend des valeurs de tolérance et d’ouverture au monde.

    Aujourd’hui, Rue du monde, c’est plus de vingt ans de création, vingt ans d’engagement culturel et plus de quatre cent livres édités pour tous les âges de la jeunesse. Grâce à leur ligne éditoriale, les livres publiés et leur engagement culturel basé sur « l’esprit de l’enfant », comme le dit Alain Serres, Rue du monde se démarque dans le paysage éditorial français actuel.
    Une maison d’édition pour la jeunesse qui prend « les enfants au sérieux », et c’est bien ce qu’on observe au travers de leurs publications souvent en phase avec l’actualité.

    Éditer de la poésie fait aussi partie de leurs engagements et ça marche ! Leur fonds poésie est particulièrement riche et cherche à ouvrir les enfants - dès leur plus jeune âge - aux mots des poètes, français ou étrangers. Leurs anthologies de poésie sont aujourd’hui une référence et leur nouvelle collection Les Petits Géants, qui met à la portée des 2-4 ans de grands auteurs du monde entier, est bien partie également pour connaître le même succès.

    Bref de quoi se réjouir encore longtemps de l’activité de Rue du Monde. On attend leur nouveaux livres avec toujours autant d’impatience et on rêverait d’y habiter... rue du Monde !

    Mais en attendant voici quelques coups de cœur poétiques…

    1 /Bienvenue en poésie, 30 poèmes pour ta naissance /collection la poésie d’abord
    collectif de poètes, illustrations d’Aurélia Fronty
    Tu viens de naître et voici déjà ton premier livre de poèmes. Il te souhaite la bienvenue sur cette terre de découvertes et d’étonnements. Tu vas cheminer parmi les plantes et les humains, les animaux et les couleurs...Que les poèmes soient toujours ta précieuse boussole !
    En écoute :
    *- Beaucoup /François David

    *- Coquelicot /JP Siméon

    *- Demande /PEF

    *- Jouer /Alain Serres

    *- Tu t’endors /Alain Boudet

    2 /Mon premier album de poèmes du monde /collection la poésie d’abord
    Collectif de poètes, illustrations d’Aurélia Fronty
    Voici un bouquet multicolore de poèmes venus des quatre coins du monde. Ils nous racontent que, là-bas, tout est différent, étonnant, mais que l’humanité et la poésie sont universelles.
    En écoute :
    *- Poésie ? Ke Yan / Chine

    *- Encore une histoire maman ! /Miloud Hakim / Algérie

    *- Quand je pense à la mer /Zakya Daoud / Maroc

    En écoute dans la collection Petits géants :
    3 /La poésie ça commence tout petit /Alain Serres, illustrations de Julia Chosson
    Une petite histoire pour apprendre à voir la poésie qui se cache tout autour de nous : sous les pattes d’un chat, dans l’immensité du ciel et même sur la table de la cuisine !

    4 /Admiration, /Pierre Albert Birot, illustrations de Rozen Bothuon

    5 /Je ne suis plus un bébé ! /Yehonatan Geffen, illustré par Barroux (poème hébreux)

    Vous pourrez bien sûr retrouver ces livres à la médiathèque de Meyzieu.
    Un grand merci aux éditions Rue du monde pour leur autorisation.

    Rue du monde, le site

    Rue du monde et la poésie

    Questions à Alain Serres - La revue des livres pour enfants n°258 parue en 2011

    Bonus
    Quelques livres sur la poésie à découvrir :

    J’ai oublié ma poésie

    Alain serres/PEF
    Charles avait bien appris sa poésie, celle d’un autre Charles : L’Albatros. Cependant devant la classe tout ne se passe pas comme prévu : il écorche le titre et quand il voit Magali pleurer de rire, une envie soudaine d’uriner surgit. Il se reprend, enchaîne… jusqu’au vide complet. Aidé par son professeur il repart à nouveau mais se noie dans les yeux de Magali. Tout est alors chamboulé : il crée ses propres vers, tels une déclaration d’amour pour elle.
    La fin du poème est un succès. Embarqué par les acclamations, il relâche la pression et inonde tout ! Heureusement sa mère lui avait glissé un paquet de mouchoirs dans la poche.
    L’album se termine par les deux poèmes côte à côte : celui de Charles Baudelaire et celui de Charles.

    52 petits mensonges et autres vérités

    David Dumortier, Evelyne Mary ; collection Graines de mots
    David Dumortier offre des poèmes tendres, rêveurs, espiègles, aussi innocents et profonds que des mots d’enfants :

    « Quand vient le printemps les fleurs n’ont tellement pas de place qu’elles poussent sur la robe des femmes. »

    « Je me suis fabriqué
    un collier
    avec des étoiles.
    Comme personne
    Ne les a jamais comptées
    Personne ne le saura. »

    « Il faut se baigner
    en pyjama
    quand le soleil se couche
    dans les draps de la mer. »

    Le livre des beautés minuscules

    36 poèmes pour murmurer la beauté du monde.
    Carl Norac, Julie Bernard ; collection Graines de mots
    "Les souvenirs d’un grand-père doux comme le miel, la tiédeur du blé un matin d’été ou même une pluie de papillons sur un terril, il y a tant de beauté à savourer... Un poète et une illustratrice d’aujourd’hui nous apprennent à mieux regarder tous ces minuscules grains de beauté que le monde a sur la peau."
    Une invitation non seulement à prendre les petits bonheurs où ils sont mais à s’interroger sur ce qu’est la beauté pour soi puisque le recueil se termine par cette question :
    Et pour toi, s’il te plaît,
    au fond de toi,
    sur tes sentiers, dis-moi :
    de quoi te parle-t-elle
    en secret, la beauté ?

    Si les poètes étaient moins bêtes

    Texte de Boris Vian/illustrations de Serge Bloch
    Vian aimait provoquer ! Pour le centenaire de sa naissance, voici qu’il provoque les poètes et se moque donc de lui-même… tout en nous donnant une grande leçon d’imagination. Boris Vian demande aux poètes d’arrêter d’écrire sur leurs petits malheurs et les invite à fabriquer en vrai un monde enfin merveilleux ! Ce texte fantasque nous embarque dans un univers où les poètes feraient le bonheur autour d’eux en inventant des mirliflûtes, des plumuches, des rara curules…

    Je finirai par cette phrase que l’on trouve sur les catalogues de Rue du Monde :
    « Les oiseaux ont des ailes, les enfants ont des livres » !
    Bonne découverte à tous !
    Iréne

    Poster un commentaire
    - - -

    | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 19 |