Replik - Reactions culturelles en chaine
Bienvenue sur le blog de l’actualité culturelle de la médiathèque de Meyzieu
Médiathèque de Meyzieu Cyberunes Mixmac
Tags Replik
Commentaires des membres de replik

Billets pour « Littérature »

vendredi 26 novembre 2021

LES ADAPTATIONS DE ROMANS EN BD

LES ADAPTATIONS DE ROMANS EN BD

Vous connaissez forcément les adaptations de romans au cinéma, mais savez-vous que de plus en plus d’entre eux sont traduits en bandes dessinées ?

Ces adaptations sont le plus souvent le fait de passionnés des œuvres originales qui utilisent toutes les techniques du 9ème art pour traduire en cases et en bulles les lignes qui les ont bouleversés. Certains, comme Christian de Metter, en sont même devenus des spécialistes.

Parmi toutes ces recréations, nous avons sélectionné celles qui vous permettront de découvrir ou de redécouvrir grâce à de superbes mises en images les classiques d’hier et d’aujourd’hui.

Voici les merveilles que vous pourrez trouver à la médiathèque de Meyzieu...


La Princesse de Clèves de Mme de La Fayette, adaptation de Catel et Claire Bouilhac



Obéissant aux recommandations de sa mère, l’innocente Mlle de Chartres épouse le prince de Clèves. Au cours d’un bal, la jeune femme rencontre le duc de Nemours et ressent pour lui une passion dévorante à laquelle elle refuse de céder. Dans ce roman majeur du XVIIe siècle, Mme de Lafayette décrit avec minutie les tourments de la princesse de Clèves, déchirée entre désir et devoir.


Une magnifique adaptation de ce fleuron des belles lettres françaises.


Le Premier homme d’Albert Camus, adaptation de Jacques Ferrandez



"En somme, je vais parler de ceux que j’aimais", écrit Albert Camus dans une note pour l’œuvre à laquelle il travaillait au moment de sa mort. Il y avait jeté les bases de ce qui serait son récit de l’enfance : une odyssée temporelle et émotionnelle à travers ses souvenirs, un récit qui, sous couvert de fiction, revêt un caractère autobiographique exceptionnel. A la recherche de ses origines, il y évoque avec une singulière tendresse son univers familial, le rôle des femmes, celui de l’école, la découverte du monde extérieur...
En filigrane, on découvre les racines de ce qui fera la personnalité de Camus, sa sensibilité, la genèse de sa pensée, les raisons de son engagement.


L’association entre le créateur des Carnets d’Orient et l’auteur de La Peste.


Au revoir là-haut de Pierre Lemaître, adaptation de Christian de Metter



1919. Au sortir de la guerre, la société française peine à ménager une place aux anciens poilus devenus encombrants et les trafics les moins glorieux y vont bon train. Albert Maillard, modeste comptable, qui a sauvé la vie d’Édouard Péricourt, jeune fils de bonne famille, juste avant la fin des combats, tente de les faire vivre de retour à Paris. Édouard, défiguré, refuse de reprendre contact avec les siens et imagine une gigantesque arnaque à la nation pour tenter de renouer avec une vie, ailleurs.


Une œuvre cruelle et cynique sublimée par un trait magnifique.


Moby Dick d’Hermann Melville, adaptation d’Olivier Jouvray et Pierre Alary



La lutte entre Achab, le capitaine du navire le Pequod, et un cachalot albinos géant. Achab s’est juré de se venger de l’animal qui l’a estropié et mène son équipage dans une folle poursuite à travers les océans.


La lutte quasi mythologique de deux forces de la nature.


Les larmes de l’assassin d’Anne-Laure Bondoux, adaptation de Thierry Murat



Paolo est un enfant sauvage. Il vit comme une bête dans une ferme misérable et isolée, avec ses parents qui ne s’occupent pas de lui au fin fond du Chili. Un jour, un homme arrive jusqu’à la ferme. C’est Angel Allegria, un truand, un escroc, un assassin. Il tue les parents de Paolo, mais un sursaut de sa conscience l’empêche de tuer Paolo. L’assassin s’installe dans la ferme, refuge idéal pour un homme traqué par la police. Contre toute attente, une relation complexe naît entre lui et l’enfant. Ils s’apprivoisent. Lorsqu’un autre voyageur arrive, l’équilibre est rompu. Paolo va jusqu’à appeler l’assassin « Papa » pour déstabiliser l’assassin et ainsi sauver le voyageur. Pour Paolo c’est le début d’un apprentissage de l’existence qui se fera au gré d’un voyage vers la ville et d’autres rencontres humaines.


Une BD enchanteresse et bouleversante.


Shutter Island de Dennis Lehane, adaptation de Christian de Metter



Au large de Boston se trouve l’île nommée Shutter Island. Dans les années 1950, on y trouve un hôpital psychiatrique qui accueille des pensionnaires au lourd passé de meurtriers sanguinaires. Le marshal Teddy Daniels et Chuck Aule, son coéquipier, ont été appelés là-bas car une dangereuse schizophrène a disparu...


La géniale adaptation d’un thriller psychologique retors.


Sacrées sorcières de Roald Dahl, adaptation de Pénélope de Bagieu



Ce livre n’est pas un conte de fées, mais une histoire de vraies sorcières. Vous n’y verrez ni stupides chapeaux pointus, ni verrues sur le nez. Ah ! Si les sorcières portaient vraiment de grandes robes noires et qu’elles se promenaient sur des balais magiques, les choses seraient tellement plus simples ! La vérité est bien plus épouvantable. Les vraies sorcières sont habillées de façon ordinaire, vivent dans des maisons ordinaires et ressemblent à n’importe qui. Le pire, c’est que leur chef passe son temps à dresser les plans les plus démoniaques pour attirer les enfants dans ses filets...


Pénélope de Bagieu réussit magistralement l’adaptation de ce grand classique de la littérature enfantine !


Des souris et des hommes de John Steinbeck, adaptation de Pierre-Alain Bertola



Dans les années 1930, deux journaliers sillonnent la Californie afin de trouver du travail dans un ranch. George chaperonne son ami d’enfance, Lennie, qui est mentalement attardé et ne maîtrise pas sa force.


Un noir et blanc sublime au service d’un classique indémodable.



Bonne lecture !
Alain et Lucine

Poster un commentaire
- - -

vendredi 8 octobre 2021

RETOUR SUR LES BIBLIOTHECAIRES RACONTENT

RETOUR SUR LES BIBLIOTHECAIRES RACONTENT

Vendredi 1er octobre au soir a eu lieu à la médiathèque l’animation les Bibliothécaires racontent ! Initialement prévue en ouverture du week-end des 20 ans de la médiathèque en 2020, cette soirée a été l’occasion de faire découvrir (ou de redécouvrir) 20 ans de coups de cœur littéraires...

Les bibliothécaires se sont succédés pour lire des extraits de romans écrits par des auteurs reçus à la médiathèque tels que Ayerdhal, Anne-Laure Bondoux, Marie-Aude Murail ou Jean-Claude Mourlevat ou bien plébiscités lors du Top 100 des lecteurs (dont vous pouvez retrouver la liste ici) comme Jane Austen, Lewis Carroll ou John Steinbeck.

Si vous n’avez pas eu la chance d’assister à cette représentation, voici la liste des livres dont ont été extraits les textes lus lors de cette soirée !




Et si on redessinait le monde ? de Daniel Picouly
Illustré par Nathalie Novi • Rue du Monde, 2013
La fameuse collection des rêves de Daniel Picouly et Nathalie Novi s’enrichit de nouvelles aspirations pour l’humanité et notre planète. Leurs mots et leurs couleurs effacent le racisme, rapprochent les gens, ne bousculent ni la biodiversité ni le climat… Et toi ? Que vas-tu dessiner pour ce monde qui est déjà le tien ?







Le musée imaginaire de Jane Austen de Fabrice Colin
Illustré par Nathalie Novi • Albin Michel, 2017
Dans le domaine de Pemberley, un musée imaginaire dédié à Jane Austen ouvre pour la première fois ses portes... Les visiteurs, venus de pays et d’époques différentes, se pressent dans la première salle où ils sont accueillis par Elisabeth Bennett, l’héroïne du roman Orgueil et Préjugés. Elle va les guider à travers les pièces du musée, une pour chaque roman : Orgueil et Préjugés, Raison et Sentiments, Mansfield Park, Emma, Northanger Abbey et Persuasion. Les textes courts de Fabrice Colin permettent une immersion sensible dans l’univers littéraire de Jane Austen. Les pages richement illustrées alternent différentes approches de son œuvre : scènes-clés emblématiques des romans (bal, mariage, rencontres), scènes de genre de la société britannique au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, paysages romantiques, galeries de portraits sur fonds tapissés de brocard, compositions allégoriques... Nathalie Novi mixe les techniques - peinture à l’acrylique sur carton, lavis à l’encre, croquis à la plume sur papiers anciens - pour livrer un bel ouvrage atypique.


Orgueil et préjugés de Jane Austen
10-18, 2009
En Angleterre, dans la société provinciale guindée, fière de ses privilèges et de son rang social, Mrs. Bennett, mère de cinq filles, veut à tout prix les marier... Elle n’hésite pas à faire la cour à son nouveau voisin, Mr. Bingley, jeune homme riche qu’elle aurait aimé donner comme époux à sa fille aînée Jane. S’ébauche une idylle entre Jane et Mr. Bingley, qui pourrait bien aboutir à un mariage. Elisabeth, sœur cadette de Jane, se réjouit de cet amour naissant. Mais c’est sans compter le dédain et la méfiance de l’ami intime de Bingley, Mr. Darcy qui, n’appréciant pas les manières de Mrs. Bennett et de ses filles, empêche Bingley de se prononcer. Elisabeth de tempérament fort et franc, consciente de la valeur et du mérite de son milieu, affronte Mr. Darcy...




Le discours de Fabcaro
Gallimard, 2018
C’est le début d’un dîner de famille pendant lequel Adrien, la quarantaine déprimée, attend désespérément une réponse au message qu’il vient d’envoyer à son ex. Entre le gratin dauphinois et les amorces de discours, toutes plus absurdes les unes que les autres, se dessine un itinéraire sentimental touchant et désabusé, digne des meilleures comédies romantiques. Un récit savamment construit où le rire le dispute à l’émotion.







Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll
Illustré par Benjamin Lacombe • Editions†Soleil, 2015
En suivant le Lapin Blanc, Alice plonge dans le Pays des Merveilles. C’est un pays où l’on peut changer de taille, prendre le thé avec des fous, croiser un chat souriant ou une reine de coeur menaçant de couper la tête de tout le monde... Au Pays des Merveilles, tout peut arriver, mais si ce n’était qu’un rêve ?







La Passe-Miroir 1 • Les fiancés de l’hiver de Christelle Dabos
Gallimard jeunesse, 2013
Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du pôle. A quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.







« The Ghost (and the) writer » in Scintillements d’Ayerdhal
Au Diable Vauvert, 2016
Né en 1959 à Lyon, Ayerdhal a prématurément disparu au sommet de son art le 27 octobre 2015. Précurseur, il apparaît comme une comète dans la science-fiction française des années quatre-vingt, avec de somptueux space-operas qui marient génie du récit d’aventure et personnages inoubliables, intelligence bondissante et esprit libertaire. Ses lecteurs ne cesseront plus de le suivre. Au total, une oeuvre fulgurante, vingt-cinq ans de fictions habitées de grandes questions : politique, écologie, racisme, féminisme, genre... Distingué par les prix Tour Eiffel de SF, Polar Michel Lebrun, Rosny aîné, Ozone, Bob Morane et, à titre posthume, du roman Gay, Ayerdhal a été lauréat à deux reprises du prix de l’Imaginaire et a reçu le prix Cyrano pour l’ensemble de son œuvre.





Des souris et des hommes de John Steinbeck
Gallimard, 2015
Dans les années 1930, deux journaliers sillonnent la Californie afin de trouver du travail dans un ranch. George chaperonne son ami d’enfance, Lennie, qui est mentalement attardé et ne maîtrise pas sa force.










Maman d’Hélène Delforge
Illustré par Quentin Gréban • Mijade, 2018
Maman. Un des premiers mots du monde. Un nom unique, porté par des milliards de femmes. Un mot pour dire l’amour, la tendresse, parfois le manque. Il y a autant de mamans qu’il y a d’enfants. Pourtant, lorsqu’une femme serre son bébé dans ses bras, elle ressemble à toutes les mamans du monde.







Amoureux d’Hélène Delforge
Illustré par Quentin Gréban • Mijade, 2020
Amoureux. Un état, une chance, une surprise, un sentiment, une sensation, une émotion. L’amour se vit, l’amour se dit, l’amour se raconte, l’amour se partage, l’amour commence, l’amour se ternit, l’amour finit... parfois. Mais pas toujours. L’amour unique, l’amour éternel, l’amour une seconde fois, l’amour et la famille, l’amour et la maladie. L’amour, thème éternel.







« Le commando Mazurka » in Le Regard des princes à minuit
d’Erik L’Homme • Gallimard jeunesse, 2014
Sept nouvelles inspirées des romans chevaleresques. A travers ces récits d’épreuves initiatiques, l’auteur cherche à transmettre ses valeurs et invite à se révolter contre le monde moderne.









Viviane Elisabeth Fauville de Julia Deck
Éditions de Minuit, 2012
Vous êtes Viviane Elisabeth Fauville. Vous avez quarante-deux ans, une enfant, un mari, mais il vient de vous quitter. Et puis hier, vous avez tué votre psychanalyste. Vous auriez sans doute mieux fait de vous abstenir. Heureusement, je suis là pour reprendre la situation en main.









Les larmes de l’assassind’Anne-Laure Bondoux
Bayard Jeunesse, 2003
L’homme et la femme Poloverdo avaient un enfant qui poussait comme le reste sur cette terre, c’est-à-dire pas très bien. Il passait ses journées à courir après les serpents. Il avait de la terre sous les ongles, les oreilles décollées à force d’être rabattues par les rafales de vent, et s’appelait Paolo. Paolo Poloverdo. C’est lui qui vit venir l’homme, là-bas, sur le chemin, par un jour chaud de janvier. Cette fois-là, ce n’était ni un géologue, ni un marchand de voyages, et encore moins un poète. C’était Angel Allegria. Un truand, un escroc, un assassin.






« L’amour caramel » in Parle-moi d’amour de Christian Grenier
Rageot, 2004
Le premier amour n’a pas d’âge... Il peut frapper un petit garçon, nourrir des espoirs les plus fous d’une jeune fille timide, embraser les sens d’un adolescent ou adoucir les jours d’une vieille dame. Il vous touche au hasard d’une cour de lycée, d’un champ de tournesols ou des rues du vieux Cracovie, sur un lit d’hôpital ou dans un bar karaoké en Corse. Il est suave ou fort, calme ou brûlant, se déguste comme une friandise ou se dévore tel un fruit défendu. Il s’écrit, il se crie, il se chante et on a envie de murmurer à quelqu’un, comme si c’était la première fois : " Parle-moi d’amour ".







Changer l’eau des fleurs de Valérie Perrin
Albin Michel, 2018
Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habitués viennent se réchauffer dans sa loge où rires et larmes se mélangent au café qu’elle leur offre. Son quotidien est rythmé par leurs confidences. Un jour, parce qu’un homme et une femme ont décidé de reposer ensemble dans son carré de terre, tout bascule. Des liens qui unissent vivants et morts sont exhumés, et certaines âmes que l’on croyait noires, se révèlent lumineuses.







Maïté Coiffure de Marie-Aude Murail
L’école des loisirs, 2004
Louis est fils de chirurgien. Mais, il n’aime pas l’école et se sent bon à rien. Jusqu’au jour où, en classe de troisième, il fait un stage chez Maïté coiffure. Dans le salon, Louis se découvre ponctuel, travailleur, entreprenant, doué ! Il décide alors que ce stage durera plus d’une semaine, même si son père s’y oppose et pense que la coiffure, c’est pour les ratés et les analphabètes.







La danse interdite de Rachel Hausfater
Editions Thierry Magnier, 2006
Perla et Wladek s’aiment. Tous les deux sont polonais, mais elle est juive, pas lui. On les sépare. Perla est envoyée aux États-Unis. Elle retourne en Pologne, au moment où les Allemands envahissent le pays....









Et je danse, aussi de Jean-Claude Mourlevat
Fleuve éditions, 2015
La vie nous rattrape souvent au moment où l’on s’y attend le moins. Pour Pierre-Marie, romancier à succès (mais qui n’écrit plus), la surprise arrive par la poste, sous la forme d’un mystérieux paquet expédié par une lectrice. Mais pas n’importe quelle lectrice ! Adeline Parmelan, « grande, grosse, brune », pourrait bien être son cauchemar... Au lieu de quoi, ils deviennent peu à peu indispensables l’un à l’autre. Jusqu’au moment où le paquet révèlera son contenu, et ses secrets...






Heure bleue d’Isabelle Simler
Editions Courtes et longues, 2015
Le jour s’éloigne... La nuit vient. Entre les deux, c’est l’heure bleue. Isabelle Simler donne à ces pages la beauté d’une symphonie en bleus. Ceux du ciel, du vent, des feuillages, des plumes, des fourrures... Un instantané qui réussit à capter un moment fugace et évanescent : la rencontre du jour et de la nuit. Un imagier pour célébrer tous les bleus de la nature, leurs variétés et leur puissance. Magistral.







Bonne lecture !

Poster un commentaire
- - -

vendredi 1er octobre 2021

UNE HEURE-LUMIERE : L’IMAGINAIRE EN POCHE

UNE HEURE-LUMIERE : L'IMAGINAIRE EN POCHE

Ses magnifiques couvertures signées Aurélien Police ont peut-être déjà accroché votre œil au détour d’un rayon, mais connaissez-vous les trésors que renferme la collection Une heure-lumière chez l’éditeur Le Bélial’ ?

Le principe de cette collection est simple : rassembler le meilleur des novellas de science-fiction, classiques ou contemporaines, françaises ou anglophones. Qu’est-ce qu’une novella, me direz-vous ? C’est tout simplement une longue nouvelle ou un court roman, un format intermédiaire donc, qui permet aux auteurs de développer une histoire plus longuement que dans une nouvelle, sans demander aux lecteurs le même investissement en temps qu’un roman.

Car c’est là que réside tout l’intérêt des novellas : permettre aux férus d’imaginaire de s’adonner à leur passion le temps d’une soirée ou d’un trajet en train. Et celles que propose Une heure-lumière sont le fruit d’une sélection pointue qui lui permet d’aligner les grands noms de la SF et les œuvres récompensées.

Voyons de plus près les pépites que vous pourrez découvrir à la médiathèque de Meyzieu...


Issa Elohim de Laurent Kloetzer


Europe. Demain. Dérèglements climatiques, terrorisme et guerres confessionnelles secouent les restes d’un ordre mondial en miettes et jettent des millions de réfugiés sur les routes. Le monde se recroqueville face à un futur incertain, menaçant. Et puis il y a les Elohim, des êtres exceptionnels, mystérieux, porteurs d’un espoir nouveau... Qui sont-ils ? D’où viennent-ils ? Que sont-ils ? Pigiste, Valentine Ziegler enquête sur l’un d’entre eux. Elle est toutefois très loin d’imaginer au devant de quoi elle se précipite, l’étendue de la révolution à laquelle elle va se mesurer...


Une fable SF optimiste et délicate.


La Chose de John W. Campbell


En Antarctique, quelque part. Enfoui sous la glace, aux abords d’un artefact aux allures de vaisseau spatial, des scientifiques découvrent un corps congelé - gisant là, sans doute, depuis des millions d’années. Un corps résolument inhumain. Le choix est alors fait de ramener la stupéfiante découverte à la station pour étude. Doucement, la gangue de glace autour de la créature commence à fondre, libérant peu à peu cette totale étrangeté à l’aspect terrifiant. Qu’est-ce que cette chose ? Comment est-elle arrivée là ? Et après tout, est-elle seulement morte ? N’ont-ils pas mis au jour la plus épouvantable des abominations ?


L’histoire qui a inspiré le film The Thing de John Carpenter (1982).


Le Temps fut de Ian McDonald


Bouquiniste indépendant, Emmett Leigh déniche un jour un petit recueil de poèmes lors de la liquidation de la librairie d’un confrère. Ce qui l’intéresse au plus haut point, c’est la lettre manuscrite qu’il découvre glissée entre les pages de l’ouvrage. C’est une lettre d’amour qu’un certain Tom adresse à son amant, Ben, en plein cœur de la Seconde Guerre mondiale. Remuant ciel et terre afin d’identifier les deux soldats, Emmett finit par les retrouver sur diverses photos, prises à différentes époques. Or la date présumée des photos et l’âge des protagonistes qui y figurent ne correspondent pas… du tout.


Une délicieuse fable SF sur le thème du voyage temporel.


Dragon de Thomas Day


Bangkok, futur proche. Des cadavres de touristes sont retrouvés aux quatre coins d’une ville noyée par les pluies d’une mousson déréglée par les changements climatiques - des Occidentaux en quête d’enfants esclaves... Or, un tueur en série ciblant les touristes sexuels, c’est mauvais pour le business. Le lieutenant Tannhâuser Ruedpokanon, de la police touristique de Bangkok, est chargé de l’affaire. Elle s’annonce périlleuse, car celui qu’il poursuit, le mystérieux Dragon, semble doté de capacités pour le moins hors normes...


Une plongée sans concessions dans une Thaïlande de cauchemar.


La ballade de Black Tomde Victor D. LaValle


Musicien noir sans grand talent, le jeune Charles Thomas Tester vivote à Harlem en cette année 1924. Il pousse la chansonnette dans les rues pour un public de Blancs amateurs de jazz, et, à l’occasion, fait des petits boulots. Un jour, il croise le chemin de Robert Suydam, un occultiste qui l’engage pour jouer chez lui contre une somme faramineuse. Pourquoi ? Quels sont les buts de l’excentrique Suydam ? Va s’ensuivre une plongée dans l’étrange pour Tester, qui en sortira changé à jamais.


Une réécriture du plus raciste des textes de Lovecraft, Horreur à Red Hook.


Les meurtres de Molly Southbourne et La survie de Molly Southbourne de Tade Thompson


Molly est frappée par la pire des malédictions. Aussi les règles sont simples, et ses parents les lui assènent depuis son plus jeune âge : Si tu vois une fille qui te ressemble, cours et bats-toi. Ne saigne pas. Si tu saignes, une compresse, le feu, du détergent. Si tu trouves un trou, va chercher tes parents. Molly se les récite souvent. Quand elle s’ennuie, elle se surprend à les répéter sans l’avoir voulu... Et si elle ignore d’où lui vient cette terrible affliction, elle n’en connaît en revanche que trop bien le prix. Celui du sang...


Deux novellas violentes et mémorables sur le thème du double.


Le sultan des nuages de Geoffrey Landis


L’humanité a colonisé le système solaire au bénéfice de consortiums privés omnipotents régnant sur les transports spatiaux. Et ce jusqu’à la plus infernale des planètes, Vénus, dans l’atmosphère létale de laquelle flottent de stupéfiantes cités volantes, véritables miracles de technologie high tech. Plusieurs milliers d’entre elles sont sous la coupe d’un seul et même individu, Carlos Fernando Delacroix Ortega de la Jolla y Nordwald-Gruenbaum, le sultan des nuages, qui n’entrera en pleine possession de son héritage qu’une fois marié, et dont l’immense pouvoir attire toutes les convoitises...


Une aventure SF dans l’environnement spectaculaire de la planète Vénus.


Bonnes lectures à la vitesse de la lumière !

Alain

Poster un commentaire
- - -

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 36 |