Replik - Reactions culturelles en chaine
Bienvenue sur le blog de l’actualité culturelle de la médiathèque de Meyzieu
Médiathèque de Meyzieu Mixmac
Tags Replik
novembre 2019 :

Rien pour ce mois

octobre 2019 | décembre 2019

Billets pour « Adultes »

mardi 8 octobre 2019

PRIX SUMMER 2020

PRIX SUMMER 2020

« Sous le ciel éclatant, elle y enfonce ses pas. Laissant advenir le monde. L’engendrant.
Je. L’immensité du monde. »

C’est par ces quelques mots que Tiffany Tavernier clôture Roissy, le roman lauréat du Prix Summer 2019.

Cette année et pour la troisième fois, 5 romans de la rentrée littéraire sont en compétition pour l’obtention du précieux sésame. Les lecteurs de la métropole de Lyon auront donc à faire leur choix parmi les romans suivant :


- Propriété privée de Julia Deck (Les Éditions de Minuit)
Il était temps de devenir propriétaires. Soucieux de notre empreinte environnementale, nous voulions une construction peu énergivore, bâtie en matériaux durables. Aux confins de la ville se tramaient des écoquartiers. Notre choix s’est porté sur une petite commune en plein essor. Nous étions sûrs de réaliser un bon investissement. Plusieurs mois avant de déménager, nous avons mesuré nos meubles, découpé des bouts de papier pour les représenter à l’échelle. Sur la table de la cuisine, nous déroulions les plans des architectes, et nous jouions à déplacer la bibliothèque, le canapé, à la recherche des emplacements les plus astucieux. Nous étions impatients de vivre enfin chez nous. Et peut-être aurions-nous réalisé notre rêve si, une semaine après notre installation, les Lecoq n’avaient emménagé de l’autre côté du mur.


- Un monde sans rivage de Hélène Gaudy (Actes Sud)
À l’été 1930, sur l’île Blanche, la plus reculée de l’archipel du Svalbard, à la faveur d’une exceptionnelle fonte des glaces, réapparaissent les vestiges d’une expédition polaire partie plus de trente ans auparavant : en 1897, Salomon August Andrée, Knut Frænkel et Nils Strindberg tentaient d’atteindre le pôle Nord en ballon et disparaissaient dans des circonstances mystérieuses. Sur le campement des explorateurs, plusieurs rouleaux de négatifs...






- Cora dans la spirale de Vincent Message (Seuil)
Après avoir donné naissance à une petite fille, Cora Salme reprend son travail chez Borélia. La compagnie d’assurances vient de quitter les mains de ses fondateurs, rachetée par un groupe qui promet de la moderniser. Cora aurait aimé devenir photographe. Faute d’avoir percé, elle occupe désormais un poste en marketing qui lui semble un bon compromis pour construire une famille et se projeter dans l’avenir. C’est sans compter qu’en 2010, la crise dont les médias rattrape brutalement l’entreprise. Quand les couloirs se mettent à bruire des mots de restructuration et d’optimisation, tout pour elle commence à se détraquer, dans son travail comme dans le couple qu’elle forme avec Pierre. Prise dans la pénombre du métro, pressant le pas dans les gares, dérivant avec les nuages qui filent devant les fenêtres de son bureau à La Défense, Cora se demande quel répit le quotidien lui laisse pour ne pas perdre le contact avec ses rêves. À travers le portrait d’une femme prête à multiplier les risques pour se sentir vivante, Vincent Message scrute les métamorphoses du capitalisme contemporain, dans un roman tour à tour réaliste et poétique, qui affirme aussi toute la force de notre désir de liberté.


- Avant que j’oublie d’Anne Pauly (Verdier)
Il y a d’un côté le colosse unijambiste et alcoolique, et tout ce qui va avec : violence conjugale, comportement irrationnel, tragi-comédie du quotidien, un "gros déglingo", dit sa fille, un vrai punk avant l’heure. Il y a de l’autre le lecteur autodidacte de spiritualité orientale, à la sensibilité artistique empêchée, déposant chaque soir un tendre baiser sur le portrait pixellisé de feu son épouse. Mon père, dit sa fille, qu’elle seule semble voir sous les apparences du premier. Il y a enfin une maison, à Carrières-sous-Poissy, et un monde anciennement rural et ouvrier. De cette maison il faut bien faire quelque chose, à la mort de ce père Janus. Capharnaüm invraisemblable, caverne d’Ali-Baba, la maison délabrée devient un réseau infini de signes et de souvenirs pour sa fille, la narratrice, qui décide de trier méthodiquement ses affaires. Et puis, un jour, comme venue du passé et parlant d’outre-tombe, une lettre arrive qui dit toute la vérité sur ce père aimé auquel, malgré la distance sociale, sa fille ressemble tant.


- Par les routes de Sylvain Prudhomme (Gallimard)
"J’ai retrouvé l’autostoppeur dans une petite ville du sud-est de la France, après des années sans penser à lui. Je l’ai retrouvé amoureux, installé, devenu père. Je me suis rappelé tout ce qui m’avait décidé, autrefois, à lui demander de sortir de ma vie. J’ai frappé à sa porte. J’ai rencontré Marie". Avec Par les routes, Sylvain Prudhomme raconte la force de l’amitié et du désir, le vertige devant la multitude des existences possibles.





Mais qu’est-ce que le prix Summer  ? Pour ceux qui ne le savent pas, la ville de Bron organise depuis 1987 un festival consacré aux littératures contemporaines qui donne la parole aux écrivains et s’adresse à tous les publics. Son nom ? La fête du livre de Bron. Pendant 3 jours, l’hippodrome de Parilly revêt ses plus beaux atours pour recevoir les milliers de festivaliers qui chaque année, se pressent à ses portes. Rencontres d’auteurs, masterclass, spectacles, ateliers pour petits et grands : voilà ce que vous propose l’équipe du festival.

Depuis 2018, une nouveauté a fait son apparition. Afin de mettre en lumière des auteurs peu connus auprès d’un large public mais aussi pour mettre en synergie les bibliothèques et médiathèques du territoire, un prix des lecteurs a été créé. Le fonctionnement est simple. Une sélection faite parmi la rentrée littéraire de septembre est soumise au vote. Pour participer, il vous suffit de vous inscrire dans le club lecture d’une des 38 médiathèques participantes de la Métropole.

Vous aurez alors jusqu’au mois de février pour lire la sélection et voter pour votre roman préféré. L’annonce du gagnant et la remise du prix se fera le jour de l’ouverture du Festival et en présence des 5 auteurs de la sélection. Pour vous aider dans vos choix, certaines médiathèques de la métropole recevront au cours des mois à venir les auteurs pour des rencontres ouvertes à tous.

A la médiathèque de Meyzieu, le club Littémania participe pour la seconde fois au prix. Un samedi par mois, les lecteurs et les bibliothécaires se réunissent pour argumenter, débattre, faire découvrir des coups de cœurs et des nouveautés. Nous aurons aussi la chance de recevoir Julia Deck, autrice de Propriété privée le vendredi 17 janvier 2020 à 19h.


Alors cher(e)s lecteurs/lectrices, venez nous rejoindre au plus vite, le prix Summer n’attend que vous !


Quelques liens utiles :
Médiathèque de Meyzieu
Littémania le club
Fête du livre de Bron
Prix Summer

Vous pouvez retrouver à la médiathèque les gagnants des éditions précédentes :
2018 : Summer de Monica Sabolo
2019 : Roissy de Tiffany Tavernier

Poster un commentaire
- - -

vendredi 13 septembre 2019

LES COMICS DES ETATS-UNIS

LES COMICS DES ETATS-UNIS

Même les gros lecteurs de BD ont parfois un problème avec les comics anglo-saxons. Il suffit de leur en conseiller un pour entendre :
Non merci, je n’aime pas les super-héros !

Ce à quoi je réponds immanquablement :

1) tous les comics ne mettent pas en scène des super-héros et
2) certaines histoires de super-héros sont de véritables chefs d’œuvre !

Je vous propose un voyage dans le temps pour comprendre d’où vient cette mauvaise réputation… Commençons par une évidence qui ne l’est pas toujours : le terme « comics » est synonyme de bandes dessinées pour les anglo-saxons, qui parlent donc d’ « european comics » pour nos BD franco-belges.

Et si dans le mot « comics » on entend « comique », c’est parce que les premières BD américaines étaient humoristiques : le Yellow Kid et sa chemise de nuit sur laquelle apparaît tout ce qu’il dit, Little Nemo et ses rêves qui se terminent toujours par une chute (dans tous les sens du terme !), les Katzenjammer Kids alias Pim Pam Poum… Dès le début, le medium est dévalorisé par son appellation, ce qui sera aussi le cas au Japon (manga signifie « image malhabile » ou « caricature ») et chez nous (où l’on a longtemps parlé de « p’tits Mickeys » !). Mais je m’égare…


Le génie de Winsor McCay dans Little Nemo

Dès le début, la BD américaine est un pur produit commercial qui se doit d’être efficace. De la fin du XIXème siècle au début des années 30, elle n’existe qu’en strip, c’est à dire sous forme de bande publiée dans la presse : cette tradition persiste jusqu’à nos jours avec de grands succès, comme Peanuts (alias Snoopy chez nous), Garfield ou encore Calvin & Hobbes .


La joyeuse bande de Peanuts

En 1933 apparaît un nouveau format, le livret, qu’on appelle alors comic book. C’est sous ce format que les héros de cinéma créés par Walt Disney et ses collaborateurs, Mickey, Donald et les autres vont trouver un nouveau public. Et c’est quelques années après, en 1938 et 1939, qu’apparaissent les héros qui vont tout emporter sur leur passage : Superman et Batman ! S’ils furent immédiatement copiés par d’innombrables imitateurs, personne n’aurait alors pu prédire à quel point les super-héros, ces héros d’un genre nouveau, allaient marquer l’imaginaire…



La mythique couverture du Action Comics #1 : première apparition de Superman

Les années 40 furent dominées par ces surhommes patriotes, tel Captain America, qui pour sa première apparition donne un coup de poing à nul autre… qu’Adolf Hitler ! Le fait que la plupart des auteurs de ces histoires soient juifs explique que les super-héros soient entrés en guerre avant même que les Etats-Unis le fassent…
Après la guerre, tout change et le public se détourne de ces héros manichéens. La mode est plutôt aux histoires d’amour ou d’horreur en comics (dont les fameux Contes de la Crypte). Hélas, en 1954, le psychiatre Frederick Wertham publie Seduction of the innocent, un essai dans lequel il accuse les comic-books de pervertir la jeunesse. L’émoi que cause ce livre conduit les éditeurs à former la Comics Code Authority, une association qui censure dans les comics les contenus sanglants ou sexuels.

Si cette censure porte un coup d’arrêt aux romances et aux histoires macabres, elle redonne en revanche une seconde jeunesse aux super-héros. L’éditeur Marvel, en particulier, lance dans les années 60 une foule de nouveaux titres dont les héros, plus humains que les surhommes façon Superman, rencontrent un grand succès : Les Quatre Fantastiques, Hulk, Iron Man, Thor, Spider-Man et les X-Men…


La première apparition de Spider-man en 1962

L’apparition de la contre-culture à la fin des années 60 permet cependant à d’autres voix de se faire entendre. Vendus dans des circuits parallèles, des comics undergrounds ou « comix » traitent de sujets chers aux jeunes et absolument interdits par le Code des Comics : rock, sexualité, violence, usage de drogues… C’est la naissance de la scène alternative, dont le plus grand représentant est peut-être Robert Crumb, l’auteur de Fritz the Cat et de Mr. Natural. On peut également citer les Fabuleux Freak Brothers de Gilbert Shelton, qui narre les aventures délirantes de trois hippies drogués.


Robert Crumb face à… Donald Trump

L’affaiblissement progressif du Comics Code permet à de jeunes auteurs de révolutionner le monde des comic books dans les années 80. Dans Batman Dark Knight, Frank Miller met en scène un Batman vieilli confronté à un monde en perte de valeurs, tandis qu’Alan Moore fait des super-héros de Watchmen des personnages fascistes, complexés, fétichistes… Ce sont d’authentiques chefs d’œuvre qui vont rendre le medium plus adulte… et hélas plus sombre et déprimant.
Côté comics alternatifs, un géant émerge avec Art Spiegelman, dont le comic book Maus raconte la survie de son père juif durant la Seconde Guerre Mondiale. Acclamé de toutes parts, ce poignant récit reçoit le prestigieux Prix Pulitzer en 1992.


L’indicible mis en images : Maus

Pour différencier les comic books de qualité - tels ces trois-là – du tout-venant, les éditeurs inventent le terme marketing «  roman graphique », qui ne désigne en réalité rien d’autre que des comic books publiés en recueil…

Ces dernières années sont parus de nombreux titres passionnants, avec super-héros ou non. Voici une sélection toute personnelle des dix meilleurs comics que vous pourrez lire à la médiathèque :


  • Batman : Little Gotham de Dustin Nguyen : une version enfantine et enjouée de Batman
  • Black Hole de Charles Burns : un monde de cauchemar où des ados tentent de s’aimer…
  • Day Tripper de Fabio Moon : une réflexion sur la vie et la mort pleine d’humanité
  • Joe : l’aventure intérieure de Grant Morrisson : les aventures émouvantes d’un jeune garçon plongé dans un monde intérieur enchanté
  • Locke & Key de Joe Hill : la terrifiante histoire d’une bande d’ados confronté au Mal absolu…
  • Saga de Brian Vaughan : les aventures galactiques d’une famille en cavale
  • Sandman de Neil Gaiman : l’épopée onirique et foisonnante d’un Immortel très humain
  • Southern Bastards de Jason Aaron : un polar hardboiled dans le Sud raciste et violent
  • Watchmen d’Alan Moore : tout simplement une des plus grandes BD de tous les temps !



(Alain)

Poster un commentaire
- - -

vendredi 22 mars 2019

DEUX COUPS DE COEURS CINEMATOGRAPHIQUES A DECOUVRIR !

DEUX COUPS DE COEURS CINEMATOGRAPHIQUES A DECOUVRIR !

Parvana

Parvana est un film d’animation réalisé en 2018 qui s’est inspiré d’un roman, Parvana : une enfance Afghane, de la Canadienne Déborah Ellis et a été produit par l’actrice Angelina Jolie.

En Afghanistan, sous le régime taliban, Parvana, onze ans, grandit à Kaboul ville ravagée par la guerre. Elle aime écouter les histoires que lui raconte son père, lecteur et écrivain public.

Mais un jour, il est arrêté et la vie de Parvana bascule à jamais : car sans être accompagnée d’un homme, une femme ne peut plus travailler, ramener de l’argent ni même acheter de la nourriture.

Parvana décide alors de se couper les cheveux et de se travestir en garçon afin de venir en aide à sa famille.

Risquant à tout moment d’être démasquée, elle reste déterminée à trouver un moyen pour sauver son père.


Parvana est un conte merveilleux sur l’émancipation des femmes et l’imagination face à l’oppression.

Un film d’animation plein d’enseignement et de grâce, à voir en famille à partir de 9 ans.



Mademoiselle de Joncquières

Comédie dramatique réalisée en 2018 par Emmanuel Mouret.
Ce réalisateur a par ailleurs réalisé précédemment L’art d’aimer avec François Cluzet, Julie Depardieu et Ariane Ascaride, et Les bureaux de Dieu avec Nathalie Baye et Michel Boujenah.

Madame de la Pommeraye, jeune veuve retirée du monde, cède à la cour du Marquis des Arcis, libertin notoire.

Après quelques années d’un bonheur sans faille, elle découvre que le marquis s’est lassé de leur union.

Follement amoureuse et terriblement blessée, elle décide de se venger de lui avec la complicité de Mademoiselle de Jonquières et sa mère.


Voilà un film qui nous rappelle, encore une fois, que rien n’est jamais acquis et surtout... "est pris qui croyait prendre"…





(Samira)

Poster un commentaire
- - -

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 40 |