Replik - Reactions culturelles en chaine
Bienvenue sur le blog de l’actualité culturelle de la médiathèque de Meyzieu
Médiathèque de Meyzieu Mixmac
Tags Replik

Billets pour « Roman adultes »

vendredi 2 novembre 2018

ELISE FONTENAILLE : UNE AUTEURE A (RE)DECOUVRIR !

ELISE FONTENAILLE : UNE AUTEURE A (RE)DECOUVRIR !

Née en 1960, à Nancy, Élise Fontenaille a suivi des études de sociologie et d’ethnologie à Bordeaux et à Toulouse. D’abord journaliste à Paris, elle part vivre à Vancouver au Canada pendant deux ans, et travaille comme attachée de presse au consulat de France. C’est de retour à Paris et pendant une période de chômage qu’elle décide d’écrire son premier roman, La Gommeuse, qu’elle publie chez Grasset, en 1997.

S’en suit une quarantaine d’ouvrages pour la jeunesse et les adultes publié chez les éditeurs Rouergue, Grasset, Stock ou encore Calmann-Levy.
Ses années de vie au Canada lui inspireront plusieurs romans dont Les Disparues de Vancouvert , Unica ou encore La Cérémonie d’hiver.

L’Histoire ou les fait divers sont aussi des thèmes que l’on retrouve souvent chez Elise Fontenaille. Dans la collection DoAdo de chez Rouergue, l’auteure nous plonge tour à tour dans les dernières heures de l’Empire Inca, en République Dominicaine sous dictature ou encore dans les rues de Paris avec Banksy.

Récompensée à de nombreuses reprises pour son œuvre, son dernier ouvrage est un album pour enfants tiré une nouvelle fois d’un fait réel. On y suit le voyage d’un chat, d’Irak en Norvège, qui après s’être perdu pendant la fuite de sa famille, compte bien retrouver ses maîtres !

Quelques romans à lire

Le Garçon qui volait des avions

La véritable histoire de Colton Harris-Moore, un ado américain de 16 ans, arrêté en juillet 2010 après avoir volé des dizaines de voitures, de bateaux… et même d’avions. Pendant deux ans, il a vécu en homme libre et sauvage sur un archipel d’îles, au large de Seattle. Il est devenu un héros de légende pour la jeunesse américaine.






Trois sœurs et le dictateur

Mina, une adolescente américaine, se rend pour la première fois en République dominicaine, le pays d’origine de son père. Elle fait la rencontre de sa grand-tante, qui va lui révéler le destin tragique de sa grand-mère, Minerva Mirabal. Adolescente encore, cette dernière a tenu tête au dictateur de l’époque, Rafael Trujillo, qui voulait en faire sa maîtresse...






La Révolte d’Eva

Éva et ses quatre sœurs vivent sous l’emprise d’un père violent, admirateur d’Adolf Hitler. Personne dans le village n’ose s’affronter à lui. Sauf Éva, qui est la plus jolie de la famille et aussi la plus rebelle. Jusqu’à la tragédie...
Disponible à la médiathèque






La Cité des filles-choisies

En 1995, des chercheurs ont trouvé au sommet du mont Ampato au Pérou la momie d’une adolescente, conservée dans les glaces depuis le XVIe siècle. C’est son histoire que l’on découvre, celle d’une jeune inca qui après avoir goûté aux joies de la capitale, Cuzco, assiste horrifiée à la chute d’un empire.






Blue Book

Il est une chose dont peu se souviennent, c’est que l’Allemagne fut une puissance colonisatrice. De 1883 à 1916, elle occupa ce qu’on appelait alors le Sud-Ouest africain, l’actuelle Namibie. Il en est une autre que beaucoup ignorent, c’est que cette colonie fut le théâtre du premier génocide du XXe siècle. Un génocide oublié, occulté même, car le premier rapport officiel – le fameux Blue Book – sur le massacre des Hereros et des Namas fut soustrait à la connaissance du public en 1926.
Disponible sur notre bibliothèque numérique


Kill the Indian in the Child

Comme tous les jeunes Indiens, Mukwa, 11 ans, est envoyé à Sainte-Cécilia, un pensionnat canadien dont l’éducation est confiée à des religieux. Malheureusement, cet établissement ne ressemble en rien à une école traditionnelle. Pour tout apprentissage, le jeune Ojibwé découvre l’humiliation, la privation de nourriture, les mauvais traitements... Car le mot d’ordre est "Kill the Indian in the child" : éliminer l’Indien dans l’enfant, lui faire oublier sa culture, sa religion, ses origines. Mais Mukwa se rebelle, décide de fuir et de rejoindre son père trappeur, dans la forêt...
Disponible à la médiathèque


L’Extraordinaire voyage du chat de mossoul raconté par lui-même

Il était une fois un chat extraordinaire, et ce chat, c’est moi !
Je vivais à Mossoul chez ma maîtresse, Samarkand, et je ronronnais à longueur de journée : le chat le plus heureux du monde ! Mais un jour, les hommes en noir ont envahi la ville. Nous nous sommes enfuis, nous avons traversé des frontières et moi, pour la première fois, j’ai vu la neige et la mer. Oui mais voilà : je me suis perdu ! Et bien croyez-moi ou pas : c’est très loin tout au nord que j’ai retrouvé ma famille. De l’Irak à la Norvège, ça en fait un bout de chemin, mais c’est ce qui s’est vraiment passé ! Et moi je suis toujours le chat le plus heureux du monde !

Et pour assister aux retrouvailles entre le courageux chat et sa famille, c’est par ici


Bonnes lectures !


(Charlotte)

Poster un commentaire
- - -

mardi 2 octobre 2018

NOUVELLE ANNEE... NOUVEAU CLUB !

NOUVELLE ANNEE... NOUVEAU CLUB !

Cette année et pour la première fois, la médiathèque de Meyzieu a créé un club lecture adulte de littérature générale !

Parce que certains livres ne nous laissent pas indifférents, nous vous proposons un temps et un espace de rencontre pour discuter, débattre ou faire découvrir des romans qui vous ont marqués.

Cerise sur le gâteau, le club lecture sera partenaire de la 2ème édition du Prix des Lecteurs de la Fête du Livre de Bron : cinq livres sélectionnés parmi la rentrée littéraire de septembre, un seul gagnant !

Votre mission, si vous l’acceptez, sera de lire ces romans et de voter en mars 2019 pour votre livre favori. Votre choix rejoindra alors les quelques 300 lecteurs participant au prix !

Mais ce n’est pas tout : nous vous proposerons également des coups de cœur et des nouveautés en avant-première... Le club aura lieu un samedi par mois à 10h30.

Rendez-vous donc le samedi 13 octobre pour une nouvelle aventure littéraire et la présentation de la sélection du Prix Summer !

Nous vous attendons nombreux !

Les rendez-vous

Pour allez plus loin, faites un tour sur le site de la Fête du Livre de Bron ici et retrouvez l’agenda complet de la médiathèque sur notre site internet.

La gagnante du Prix des Lecteur de la Fête du Livre de Bron 2018

Summer , Monica Sabolo
J.C Lattès – 320 pages
Disponible à la médiathèque

Lors d’un pique-nique au bord du lac Léman, Summer, dix-neuf ans, disparaît. Elle laisse une dernière image : celle d’une jeune fille blonde courant dans les fougères, short en jean, longues jambes nues. Disparue dans le vent, dans les arbres, dans l’eau. Ou ailleurs ? Vingt-cinq ans ont passé. Son frère cadet Benjamin est submergé par le souvenir. Summer surgit dans ses rêves, spectrale et gracieuse, et réveille les secrets d’une famille figée dans le silence et les apparences.
Comment vit-on avec les fantômes ?

Poster un commentaire
- - -

mercredi 23 mai 2018

COUP DE COEUR POUR "C’EST MOI" DE MARION GUILLOT

COUP DE COEUR POUR "C'EST MOI" DE MARION GUILLOT

C’est moi de Marion Guillot

Marion Guillot est née en 1986. Elle a fait des études de philosophie et habite en Bretagne.
C’est moi est son deuxième roman.

Le roman commence lorsque la narratrice et son compagnon, Tristan, se rendent aux obsèques du meilleur ami de Tristan, Charlin. Ce dernier s’est suicidé quelques jours plus tôt.
Nous revenons dans les chapitres suivants aux semaines précédant sa mort.
Le couple que forme Tristan et la narratrice traverse une période un peu difficile. Tristan est au chômage. Quand elle part au travail, lui n’est pas levé et le soir, une fois sur deux quand elle rentre, elle retrouve Tristan en compagnie de Charlin dans son salon. Ce dernier s’incruste et vient généralement les mains vides. Elle ne supporte plus la situation.

Lorsque Tristan lui fait la surprise d’exposer dans leur salon une photographie d’elle-même seins nus, encadrée en grand format, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Surtout quand elle apprend que Charlin a aidé Tristan à transporter le cadre et à l’accrocher. Tristan l’a même payé pour ça.
Les limites sont atteintes. Pour sauver son couple, elle décide de prendre les choses en main.

J’ai beaucoup aimé ce court roman de Marion Guillot qui met en scène la dérive de ce couple, plus tout à fait sur la même longueur d’onde.
L’histoire est ingénieuse et surprenante, la description de l’ennui du couple est fine, le style est dépouillé, empreint d’humour et de cynisme. Machiavélique à souhait !

Ce roman est édité aux Éditions de Minuit.
Petit coup de projecteur sur cette maison d’édition !

Les éditions de Minuit

En septembre 1940, les autorités allemandes font paraître la première liste Otto qui recense les livres interdits de vente ou de parution dans la France occupée. Face à cette censure, deux hommes vont s’allier afin que la littérature ne baisse pas la garde :  Pierre de Lescure et Jean Bruller, alias Vercors, les fondateurs des Éditions de Minuit.

Cet esprit fondateur semble bien toujours servir de fil rouge à la ligne éditoriale qui encadre le choix des romans publiés. C’est comme la griffe d’un couturier, il y a un esprit, un air, un souffle Minuit. Les auteurs en sont bien conscients et ne sont pas là par hasard.

Le graphisme des couvertures est épuré et presque inchangé depuis l’origine. Pour les textes littéraires, on retrouve une couverture blanche marquée d’un liseré bleu, imprimée en noir et bleu et ornée du fameux logo composé d’une étoile et d’un "m".
C’est Vercors qui dessine en 1945 la marque de fabrique de la maison d’édition.
La sobriété des couvertures, pour les romans, illustre la volonté dès l’origine de publier de « beaux livres ». Les fondateurs choisirent ainsi un papier de qualité, une typographie soignée et une mise en page élégante.

Non seulement les Éditions de Minuit ont réussi le tour de force de publier des livres d’une grande qualité matérielle durant leur période de clandestinité, mais elles continuent de le faire aujourd’hui. Détail, qui n’en est pas un, trop rare à l’époque actuelle pour ne pas être souligné : les cahiers des livres Minuit sont toujours des cahiers cousus ! Comme si l’esprit des débuts était toujours à l’œuvre.

Prendre des risques et garder intact le goût des découvertes : deux préceptes suivis au fil du temps par les Éditions de Minuit dans la constitution de leur catalogue. Les parutions plus récentes ne démentent pas cet engagement en faveur d’une littérature aboutie, c’est-à-dire issue d’un cheminement. L’écrivain travaille les mots comme une matière première. Les romans publiés chez Minuit donnent souvent l’impression de lire un texte à la fois épuré et dense, comme réduit à l’essentiel.

Une petite sélection de nos romans préférés aux Éditions de Minuit :

Bonnes lectures !


(Sophie)

  • Voir en ligne : Réserver ce livre
  • Poster un commentaire
    - - -

    | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |