Replik - Reactions culturelles en chaine
Bienvenue sur le blog de l’actualité culturelle de la médiathèque de Meyzieu
Médiathèque de Meyzieu Cyberunes Mixmac
Tags Replik

Billets pour « Actu »

mardi 18 octobre 2022

DE L’ART CONTEMPORAIN A LA MEDIATHEQUE

DE L'ART CONTEMPORAIN A LA MEDIATHEQUE

On peut dire ce qu’on veut sur l’art contemporain, l’expérience peut être tout à fait étonnante et enrichissante si l’on se laisse accompagner dans un musée ou qu’on rencontre un artiste.

Voilà plusieurs années que la médiathèque municipale de Meyzieu travaille avec Veduta, un volet de la Biennale d’art contemporain de Lyon qui soutient les résidences et projets d’artistes dans les villes de la Métropole.

Certains se souviendront des "rencontres avec une œuvre" à la médiathèque, suivies d’une visite guidée au Musée d’Art Contemporain de Lyon (M.A.C.) Les dernières collaborations ont pris la forme d’exposition dans la grande salle du rez-de-chaussée - avec les grandes photos de Karim KAL - ou d’installations et posters éparpillés dans le bâtiment - les vélos et sculptures de Felix LUNA. Ces deux artistes, ainsi que celui que nous accueillerons à partir du 20 octobre, Nicolas DAUBANES, montrent leur travail et valorisent les productions de jeunes détenus de l’Établissement Pénitentiaire pour Mineurs de Meyzieu (E.P.M.) lors de résidences.


























Alors, comment ça se passe concrètement ? Tout d’abord, l’artiste et l’équipe de Veduta viennent visiter notre bâtiment pour étudier les possibilités d’installation. La démarche de l’artiste nous est présentée. Puis, après une phase de maturation et d’organisation du projet par les différents acteurs un contrat est signé. Y aura-t-il un vernissage ? Quels supports de communication utiliser ? Proposera-t-on des visites de groupes ? Chaque question doit trouver sa réponse car rien n’est laissé au hasard. Seule la forme définitive de l’installation peut trouver de la souplesse dans cette préparation.

Pendant que l’artiste se consacre à la réalisation et que Veduta s’occupe de finaliser le projet et financer les matériaux, les bibliothécaires font le point sur les ouvrages présents à la médiathèque. Faut-il acquérir des livres ? Préparer une bibliographie ? Les techniciens du service culturel sont informés des besoins matériels et les élus et lecteurs sont invités à découvrir l’exposition le jour J. Quand celui-ci arrive, l’aventure a donc commencé depuis quelques mois et le projet se concrétise enfin. C’est à la fois très satisfaisant et inquiétant car la réaction du public est très importante. C’est là que la médiation culturelle commence : expliquer la démarche de l’artiste, la genèse du projet, le message à faire passer ou les questionnements à soulever...


























Alors, oui, nous ne sommes pas tous sensibles à tout l’art contemporain, mais il est bien naturel que certaines œuvres nous touchent plus que d’autres : nous avons tous nos petites préférences. Alors venez découvrir le travail de Nicolas DAUBANES à la médiathèque puis aux usines Fagor et laissez-vous surprendre ! Peut-être y trouverez-vous des pépites qui vous parleront et, pourquoi pas, vous inspireront. Car l’art devrait pouvoir faire partie de nos vies, en tant que spectateurs mais aussi en tant qu’acteurs avec la pratique artistique amateurs.

Rendez-vous donc à partir du 20 octobre pour l’exposition "Nous avons fait un beau voyage. Ne l’abîmez pas ! "

Pour rencontrer Nicolas Daubanes et enrichir sa proposition avec un atelier, ce sera le samedi 22 octobre après-midi.

Pour visiter les installations et suivre un atelier en famille avec une médiatrice de la Biennale, choisissez entre le 25 octobre, le 4 novembre et le 9 novembre.

C’est gratuit (sur inscription) et ça se passe à la médiathèque !

  • Voir en ligne : Découvrir le projet sur le site de la Biennale
  • Poster un commentaire
    - - -

    lundi 21 mars 2022

    LIRE POUR AGIR : UN PRIX DU LIVRE DE LA TRANSITION ECOLOGIQUE

    LIRE POUR AGIR : UN PRIX DU LIVRE DE LA TRANSITION ECOLOGIQUE

    Des livres à partager un peu, beaucoup, passionnément…

    La Maison de l’Environnement lance un nouveau prix du livre avec 24 bibliothèques ou comités de lecteurs et lectrices sur la Métropole de Lyon.

    Le prix Lire pour agir vous invite à découvrir 6 ouvrages parus en 2021 : 2 bandes dessinées, 2 essais, 2 récits, choisis pour leur qualité littéraire, leur engagement et la variété des enjeux écologiques abordés. 3 autrices et 3 auteurs qui questionnent notre rapport au monde.

    Lisez-les et votez (en ligne ou dans votre médiathèque) pour celui que vous partageriez à votre entourage !

    - Devenir gardiens de la naturede Marine Calmet, Tana Éditions
    - Le droit du sol de Étienne Davodeau, éd. Futuropolis
    - Le grand procès des animaux de Jean-Luc Porquet, éd. Du Faubourg
    - Lanceurs d’alerte de Flore Talamon et Bruno Loth, éd. Delcourt
    - Parmi les arbres, essai de vie commune de Alexis Jenni, éd. Actes sud
    - Pleine terre de Corinne Royer, éd. Actes Sud

    Ces livres sont disponibles à la médiathèque de Meyzieu et les structures participantes. Tous les lecteurs ou lectrices de la Métropole de Lyon peuvent donner leur avis via un vote en ligne disponible jusqu’au 1er octobre 2022 sur www.maison-environnement.fr/lire-pour-agir

    Un prix du lectorat et un prix professionnel

    En parallèle du vote des lecteurs et lectrices pour leur ouvrage coup de cœur, les bibliothécaires désigneront leur ouvrage lauréat, qui sera également récompensé par un prix.

  • Voir en ligne : Maison de l’environnement
  • Poster un commentaire
    - - -

    mercredi 20 octobre 2021

    LES ONIRIQUES 2023

    Chers passionnés de l’Imaginaire, chers rêveurs des Oniriques, c’est bien malgré nous que la décision a été prise par la collectivité et les équipes de la Médiathèque de reporter la cinquième édition du festival en 2023…

    L’an dernier, comme vous tous, nous avons été confrontés à une crise sanitaire sans précédent alors que nous préparions Les Oniriques 2021 : confinées, isolées, les équipes de la médiathèque municipale de Meyzieu ont dû s’adapter à des contraintes exceptionnelles pour maintenir le lien avec les habitants, en développant de nouveaux services numériques et de la médiation à distance avec le souci permanent de conserver une relation de proximité avec les usagers.

    Ce défi, nous l’avons relevé, mais il a exigé de nous une totale implication nous empêchant de préparer normalement cette cinquième édition. Car contrairement à ce qui se passe dans d’autres festivals, personne ne travaille à plein temps pour l’organisation des Oniriques, c’est un projet sur lequel l’ensemble du personnel de la Médiathèque est mobilisé en parallèle des missions quotidiennes nécessaires au bon fonctionnement de l’équipement, avec le soutien des autres services municipaux de la Ville de Meyzieu et d’une équipe de bénévoles passionnés.

    Les grands salons de l’imaginaire ayant connu en cette même année de graves perturbations (annulations de dernière minute, reports, festivals en ligne ou très limités…), nous n’avons pas eu d’opportunités pour approcher les auteurs que nous souhaitions inviter. C’est pourquoi nous avons dû, avec une grande frustration, nous résoudre à reporter les Oniriques.

    Nous avions tout d’abord envisagé de vous retrouver en 2022, mais il nous apparaît plus sage d’attendre, pour vous offrir un festival convivial et à la hauteur des autres éditions.

    Par ailleurs , les salons de l’imaginaire, Utopiales et Imaginales en tête, n’auront lieu, si tout va bien, qu’en fin d’année, ce qui nous laisse trop peu de temps avant le mois de mars 2022 pour organiser une programmation riche et variée.

    De plus, le calendrier des activités prévues à la médiathèque municipale a été bouleversé par les événements : le grand projet en cours de modernisation de l’établissement (automatisation du système de prêt et de retour, réaménagement des espaces, transformation du mobilier, extension des horaires d’ouverture…), certes très opportun et motivant, ne permet pas cependant aux équipes de se mobiliser et d’être impliquées aussi fortement que d’ordinaire pour préparer et organiser l’événement de façon qualitative et sereine.

    Enfin, et c’est la raison principale, trop d’incertitudes planent encore sur la situation sanitaire. Plusieurs fois déjà, depuis l’an dernier, il nous a fallu au dernier moment annuler des animations ou les remplacer par des vidéos enregistrées. Maintenir une édition en ces temps incertains aurait pu nous contraindre à vous proposer un festival limité, réduit à une version « en ligne ». Ce n’est pas ce que nous voulons pour Les Oniriques. L’essence de cet événement qui accueille plus de 6 000 personnes en un week-end, c’est la convivialité, la rencontre, la chaleur humaine, le partage entre les générations, l’émotion... C’est cela que vous retrouverez avec nous en 2023 pour poursuivre la belle épopée des Oniriques là où nous l’avons laissée en 2019.

    Cependant, il nous tient à cœur, aujourd’hui plus que jamais, de soutenir les auteurs de ce genre, ces artisans de la culture de l’imaginaire, qui nous passionne et dont nous portons haut les couleurs. Pour cette raison, nous avons décidé de maintenir en 2022 l’organisation du Prix Pierre Bottero.

    Ce sera sous une autre forme, mais nous tenons à maintenir ce rendez-vous pour mettre en valeur et récompenser toute la richesse de la littérature française de l’imaginaire pour adolescents et jeunes adultes.

    Nous vous donnons donc rendez-vous en 2022 pour le Prix Pierre Bottero et en 2023 pour une cinquième édition du festival Les Oniriques faites de retrouvailles et de riches découvertes. Serez-vous là ?

    L’équipe organisatrice

    Poster un commentaire
    - - -

    | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 28 |