Replik - Reactions culturelles en chaine
Bienvenue sur le blog de l’actualité culturelle de la médiathèque de Meyzieu
Médiathèque de Meyzieu Mixmac
Tags Replik
Commentaires des membres de replik

Billets pour « Familles »

mardi 27 juin 2017

LE LAND ART

LE LAND ART

Le Land Art est une forme d’art contemporain qui a débuté au début des années 60 aux États-Unis.

Avec les artistes du land art, la nature n’est plus simplement représentée : c’est au cœur d’elle-même (in situ) que les créateurs travaillent. Ils veulent quitter les musées et les galeries, avec leurs tickets d’entrée et heures d’ouverture, afin de véritablement « sortir des sentiers battus ».
L’œuvre ne doit plus être une valeur marchande vouée à une élite mais une véritable expérience liée au monde réel.
Les artistes utilisent des matériaux naturels (bois, terre, pierres, sable, rocher, etc.) et le plus souvent dans des endroits tels que des déserts, des forêts, des plages…

Deux notions intéressantes du land art sont celles de l’éphémérité et celle de l’écologie. En effet, l’œuvre subit des transformations : l’érosion et à plus ou moins longue échéance la disparition de l’œuvre. C’est donc la photographie ou la vidéo qui vont permettre de faire connaître et perdurer les créations.

Malgré tout, dans les années 1970, certaines œuvres intègrent les musées et expositions, d’abord par l’image puis par des installations dans les espaces intérieurs.

Quelques œuvres

View , Nicole DEXTRAS, 2007. Toronto (Canada)

Sa démarche :
View est une installation de lettres en glace mesurant 2 mètres de haut située sur la rive du lac Ontario près de la ville de Toronto. Construites à partir de coffrages de bois remplies d’eau du lac, elles gèlent au froid naturel des hivers canadien pendant deux semaines.
Une fois les formes enlevées, la glace tiens sa forme mais soumise aux caprices de la nature fond peu à peu, ne laissant aucune trace. Le mot View (n. Vue) choisi pour ce projet reflète notre regard urbain sur le paysage, notamment dans le contexte de l’architecture de condominium où la vue est à vendre.






The Greenhouse , François FRECHET, 2009, I-Park (Connecticut, USA).

Sa démarche :
François Frechet explique sa démarche : "Le projet The Greenhouse, est un travail qui veut mettre en valeur la flore sauvage de votre parc, et parler de biodiversité.
En fait cette structure va devenir verte, au travers de la pousse des graines que j’ai semées. Mais j’espère que le vent ou les oiseaux vont apportés beaucoup de graines sauvages au printemps. Et peut-être, plusieurs insectes construiront leurs nids à l’intérieur.
C’est une installation qui pourrait évoluer au cours des saisons.
Le paysage ne peut être réduit à sa seule valeur économique ou utilitaire pour nourrir, vêtir, abriter, chauffer l’être humain. Il contient cette biodiversité qui le fait exister.
"



Série les écologiques, Zoomorphie , Vincent LERAY, Corse.

Sa démarche :
Depuis le milieu des années 90, Vincent Leray développe une œuvre qui tisse des rapports singuliers avec le monde maritime. Sa production artistique se nourrit d’une mémoire collective ou d’une histoire personnelle avec les milieux du littoral.
Son vocabulaire plastique, marqué par une approche conceptuelle, se décline autour d’un élément emblématique : l’empreinte géométrique d’un motif étoilé ciselé en creux ou en relief sur la structure calcaire des oursins.
À l’origine d’un projet, il est toujours question d’observer une situation en visant des enjeux ethnologiques, poétiques ou critiques de l’environnement marin. Le déplacement physique, le voyage, la notion d’espace et de temps ont contribué à développer une pratique photographique autour du paysage littoral. Sensible aux mouvements absurdes du monde, à l’intensification des activités humaines qui dégradent les écosystèmes marins, le projet soulève les questions écologiques de notre temps.

Quelques réalisations plus modestes













Le land art avec les enfants















Vous l’aurez compris le land art est à la portée de tous, de tous âges, pour toutes les bourses et n’importe où… Ce qui en fait une activité idéale et merveilleuse surtout à l’approche des vacances !

Pour enrichir votre imagination vous pouvez consulter le site www.landarts.fr qui est une ressource incontournable sur le land art…

Vous pouvez également venir à la médiathèque pour emprunter ces livres :

Bonnes vacances et belles créations « nature » !

(Véro)

Poster un commentaire
- - -

mercredi 21 juin 2017

OLD MAN’S JOURNEY : NOUVELLE PEPITE NUMERIQUE

OLD MAN'S JOURNEY : NOUVELLE PEPITE NUMERIQUE

Old man’s journey est une des dernières créations d’applications numériques et c’est aussi un énorme coup de cœur !

Ce jeu, créé par le studio espagnol Broken Rules, est une vraie petite merveille !







Il est tout d’abord très visuel. Les illustrations, splendides et très colorées nous transportent dans un autre monde.
C’est aussi un jeu profond voire presque narratif dans lequel on suit véritablement le personnage, qui au fil de son voyage se remémore plusieurs moments importants de sa vie. On s’attache donc beaucoup à lui.
Mais c’est également une forme de "puzzle game", ou autrement dit un jeu où il faut résoudre des casses-têtes pour avancer.

Un jour, un vieil homme reçoit une lettre. Il prend alors son sac, sa canne et décide immédiatement de partir en voyage. On n’apprend qu’à la fin la raison de ce dernier.

Commence alors une longue aventure à pied, mais aussi parfois en train, en bateau ou en camion.
Lorsque le vieil homme s’assied pour faire une pause, il se remémore son passé, laissant place alors à de mini-cinématiques.

Notre objectif à nous joueur est donc d’aider ce personnage à arriver à destination. On doit résoudre de nombreux casses-têtes qui se complexifient au fur et à mesure de l’avancée du jeu. En général, il faut moduler le paysage avec ses doigts (déplacer des collines notamment) afin de permettre au vieillard de passer. De nombreuses autres interactions, utiles ou non à l’avancée du jeu, sont aussi intégrées.




C’est un jeu à la fois très calme et relaxant, très poétique également mais aussi animé par de nombreux casses-têtes qui portent bien leur nom.
La durée de vie du jeu est d’environ 2h. Mais la fin arrive presque trop vite tant le jeu est agréable. La scène finale est d’ailleurs très belle et émouvante, ce qui clôt en beauté l’expérience.

Accessibles aux enfants seuls dès 6 ans environ, ce jeu plaira vraiment à tout âge !

Pour voir un peu plus à quoi ressemble ce jeu, voici sa bande annonce :

Ce jeu est disponible sur IOS, Android, Mac et PC au prix de 5,50 à 7,5 €.
Pour télécharger l’application :
Sur Ipad, cliquez ici
Sur Android, cliquez ici
Sur PC, cliquez ici

L’application est également disponible sur les tablettes Ipad de la médiathèque, qui sont disponibles à la consultation les mercredis et samedis matin Côté Rue.

Pour en savoir plus sur notre service Applithèque et sur notre sélection d’applications, cliquez ici

(Cindy)

Poster un commentaire
- - -

mercredi 5 avril 2017

VAIANA : NOUVEAU FILM D’ANIMATION DES STUDIOS DISNEY

VAIANA : NOUVEAU FILM D'ANIMATION DES STUDIOS DISNEY

C’est aujourd’hui, le 5 avril 2017, que paraît en DVD et Blu-Ray Vaiana, la légende du bout du monde, le dernier film d’animation signé Disney, sorti le 30 novembre 2016 sur grand écran mais dont la conception remonte à plus de cinq ans.


C’est aussi l’occasion de revenir sur les emblématiques Studio Disney, qui ne cessent de ravir petits et grands depuis bientôt un siècle.



Walt Disney : Son histoire

Né en 1901, Walt Disney, commence à prendre des cours de dessin à la “Chicago Art Institute” en 1917.
C’est après la guerre, en 1919, qu’il décide de devenir dessinateur et cherche alors un poste dans l’industrie publicitaire. Lors de son premier emploi il rencontre un jeune dessinateur, Ubbe Ert Iwerks, avec qui il se lie rapidement d’amitié. Ils décident ensemble de fonder une société de dessin, qui échoue cependant très rapidement. Mais cet échec ne sépare pas le duo qui continue à travailler ensemble. Dans les années 20, Disney commence à réaliser des esquisses de ses propres personnages, en parallèle de son travail.
Quelques années plus tard, Walt Disney travaille avec son frère. Ensemble, ils créent les Disney Brothers Studio, rebaptisés en 1926 : Walt Disney Studios.

Le 18 novembre 1928 sort le premier cartoon sonore de l’histoire, avec le personnage de Mickey Mouse .

Au fil des années, les studios Disney prennent de l’importance et collaborent avec de nombreux scénaristes, dessinateurs et graphistes.
Les succès s’enchaînent, jusqu’à Mary Poppins en 1964 (Disponible à la médiathèque), récompensé par cinq oscars. C’est le dernier film porté à l’écran avant la mort de Walt Disney en 1966.

L’année d’après, les studios Disney connaissent encore un nouveau succès avec la première adaptation du célèbre Livre de la jungle (Disponible à la médiathèque) qui dépasse au box-office le dernier James Bond de l’époque.

Après le mort de son créateur, les studios doivent cependant faire face à une période difficile, les films ont moins de succès et la concurrence commence à être rude. C’est l’arrivée de deux jeunes artistes prometteurs qui relance la machine : John Lasseter, spécialiste dans la 3D numérique, et Tim Burton.

En 2006, les studios Disney rachètent Pixar, un des deux grands noms américains pour les dessins animés, pour la somme de 7,4 milliards de dollars. Les films sont maintenant signés Disney Pixar.

Aujourd’hui, ce géant de l’animation ne compte plus les succès : Les Aristochats (1971) (Disponible à la médiathèque), Le Roi Lion (1994) (Disponible à la médiathèque), Le Bossu de Notre-Dame (1996) (Disponible à la médiathèque)…

Depuis quelques années, les studios Disney revisitent leurs classiques en les portant de nouveau à l’écran avec les nouvelles avancées technologiques. Après Alice réalisé par Tim Burton, Maléfique adapté du conte de La Belle au bois dormant (Disponible à la médiathèque) et Cendrillon, c’est au tour du Livre de la jungle (Disponible à la médiathèque) d’être revisité. Avec les nouvelles techniques numériques, dont la "motion capture" (enregistrement de mouvements joués par des acteurs, puis retouchés informatiquement), les animaux semblent encore plus réalistes, tout comme les paysages de jungle. La performance de Neel Sethi, interprétant Mowgli, est également unanimement saluée, puisqu’à part lui, tout le reste est 100% numérique.
Le 22 mars 2017, les studios Disney ont aussi revisité le conte de La Belle et la Bête en le portant à l’écran avec Emma Watson dans le rôle de la Belle.

Dans les archives de Disney, on retrouve 65 millions de dessins et croquis, dont certains n’ont jamais été utilisés. Depuis sept ans, un gros travail de numérisation a été entamé pour conserver les œuvres et permettre leur consultation. Dans ces archives se trouve un véritable trésor ! Ce sont près de 76 années d’histoire des studios Disney qui y sont conservées...

VAIANA : La légende du bout du monde

Depuis toujours les studios Disney s’imprègnent des paysages et des cultures locales pour réaliser chacun de leurs films. C’est ainsi que les réalisateurs - Ron Clements et John Musker - ont effectués plusieurs voyages sur les îles du Pacifique pour découvrir la culture et les modes de vie de leurs habitants. Ils ont également rencontré de nombreux experts sur la navigation, les tatouages etc.

Ce sont plus de quatre-vingt-dix animateurs qui ont travaillé pendant cinq ans sur le nouveau film, en créant, modifiant et animant des paysages, des personnages et des costumes pour coller au plus près des cultures du Pacifique.
Les deux réalisateurs ont exprimés le besoin de trouver un univers inédit pour les studios. Le lieu de l’action nécessitait un personnage ayant un rapport important avec la mer afin de refléter la culture locale. L’eau est l’un des éléments clés du film, ce qui a été un défi pour les équipes techniques puisqu’il fallait l’animer comme un personnage à part entière.

Comme pour bon nombre de leurs films, les studios Disney ont créé un nouvel effet spécial afin d’animer de la façon la plus réaliste possible la lave coulant du volcan, ce qui fut un deuxième gros défi à relever pour les équipes de réalisation.
Bref, encore une nouvelle prouesse de l’animation !

“ Si vous ne croyez pas en la magie, vous ne la trouverez jamais. ”
Roald Dahl



(Sandrine)

Poster un commentaire
- - -

| 1 | ... | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | ... | 13 |